• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 26 septembre 2009

Archives pour 26 septembre, 2009

Le village (The village) – M. Night Shyamalan – 2004

le-village-m-night-shyamalan-joaquin-phoenix-critique-film-horreur-épouvante   6.5   En ce moment je redécouvre ce cinéaste. J’aime beaucoup en fin de compte. Dans le peu de souvenir qu’il m’en restait, Le Village était celui que j’aimais le moins. En fait c’est superbe! Déjà esthétiquement c’est probablement son plus beau film, les cadres, la profondeur, et la durée du plan, sans compter les parties nocturnes, sublimes. C’est à la fin du film que j’ai compris pourquoi beaucoup le taxait de réac. Shy, dans chacun de ses films, est constamment sur le fil. Il parle de la société, des miracles, d’évènements qui font avancer, et ses personnages en souffrent. Je me souvenais très mal de la fin du film, mais lorsque Ivy rencontre le policier, il y a quelque chose de très beau qui se passe. La renaissance d’un corps mort, enfin ça m’a donné cette impression. La naissance d’une âme condamnée par ses pères à suivre leur schéma de vie répugnant (l’enfermement, le repli sur le mensonge, unique pilier de ce mode de vie…) quand elle dit au jeune homme qu’il a une voix douce, qu’elle ne s’attendait pas à ça. Pour moi cette séquence est la démonstration que Shy n’est pas l’étiquette que beaucoup lui ont administré. La dernière partie m’a donc beaucoup ému. Et encore une fois je vois la réussite dans chaque plan, et ça c’est formidable.

Les regrets – Cédric Kahn – 2009

Les regrets - Cédric Kahn - 2009 dans Cédric Kahn 3591543072La femme d’à côté.   

     5.5   Ce que j’en garderai à long terme ? Probablement pas grand chose. Les regrets (mauvais titre) du réalisateur de Roberto Succo ne fait pas dans l’originalité faisant d’une part grandement référence à un chef d’oeuvre de Truffaut, et d’autre part ne proposant pas des idées de génie en terme de mise en scène, excepté son rythme fulgurant. Oui car si Truffaut a fait une histoire de passion déchirante filmée comme un polar au ralenti, Kahn propose une histoire de passion déchirante mais filmée comme un polar d’action. Procédé qui peut agacer, ces sentiments décalés en permanence nous offrent une espèce de course d’1h45 entre deux êtres, l’un vers l’autre, l’un fuyant l’autre. Personnellement, à ce petit jeu, je suis assez conquis, et la fin n’est pas loin d’être très belle. Et je trouve que Tedeshi et Attal s’en sortent au moins aussi bien qu’Ardant et Depardieu. Mais ça manque un peu de chair et de texture, quoi.

Regarde les hommes tomber – Jacques Audiard – 1994

 Regarde les hommes tomber    3.5   Je n’aime pas. Je trouve Kassovitz très mauvais en bouffon naïf et chien-chien de son maître. Et les Vieux (Yanne et Trintignant) cabotinent à mort. Mise en scène survoltée un peu comme dans son film suivant, la relation (la seule chose qui pourrait être intéressant) père/fils (spirituel) Marx/Johnny n’émerge jamais. On le sait maintenant que Audiard a une obsession pour le « papa » vieillissant et instigateur, pour les adultes encore ado qui sont à une étape importante dans leur apprentissage de la vie. Même s’il se révèle (un peu) attachant sur la fin c’est quand même loin d’être bon, et d’arriver à la cheville de son dernier très beau film. Et ça en fin de compte, c’est une bonne nouvelle. Car il vaut mieux que ça se passe dans ce sens là. 


Catégories

Archives

septembre 2009
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche