• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 20 octobre 2009

Archives pour 20 octobre, 2009

Three times – Hou Hsiao Hsien – 2005

Three times - Hou Hsiao Hsien - 2005 dans Hou Hsiao Hsien 0342p1

Beautés inégales.    

   6.0  Hou Hsiao Hsien n’a pas son pareil pour filmer des corps errants, suspendus dans le temps. Il décide même ici de montrer trois histoires, trois temps, mais en ne montrant qu’un unique couple (les mêmes acteurs) indépendants de leur situation temporelle. Procédé ô combien dangereux, car suivant le principe du film fait de courts-métrages. Malheureusement je l’ai senti. Car autant la première et la dernière partie, soit les temps les plus récents (1966 et 2005) sont les plus belles, celles qui me touchent le plus, celles dans lesquelles je voyage, presqu’autant que dans un Millennium Mambo, autour d’un table de billard, ou dans un climat électronique, très moderne. Et il y a cette seconde partie, très Fleurs de Shanghai dans laquelle je m’ennui profondément, parce qu’elle ne parle pas, et pire encore, je ressens son inutilité. Ce n’est pas le procédé film muet qui me gêne puisque un film de Hou muet n’est pas vraiment une surprise en soit, tant qu’il est accompagné d’une ambiance, d’un décor, d’une musique, d’un mouvement. Mais c’est justement dans ce décor que je n’entre pas. Malgré tout, la caméra virevoltante du cinéaste Taïwanais, son obsession des couleurs vives, la photo hallucinante qui l’accompagne, l’envoûtement (presque) permanent dont son film fait l’objet m’ont encore relativement convaincu. Et je suis définitivement amoureux de Shu Qi.

Le petit Nicolas – Laurent Tirard – 2009

le-petit-nicolas     2.0   Film inoffensif et pantouflard, bon-enfant ou pour enfant, Le petit Nicolas a néanmoins une qualité majeure : celle de suivre le schéma bande-dessinée. En somme rien de plus mais rien de moins. On enchaîne situations cocasses, petites blagounettes enfantines avec une mise en scène tout aussi classique, voire plutôt dirai-je : box-officesque. Il n’y a pas plus de surprises dans la chute ou la progression d’une séquence qu’il y en a dans le scénario complet du film. C’est téléphoné, souvent ça tombe à plat (la séquence du repas avec le patron), parfois c’est d’un ridicule c’en est absolument terrifiant (le retour des choristes et de Gérard Jugnot, si si). D’ailleurs je pense que le film est bien meilleur dès qu’il n’y a pas présence d’adultes, car la plupart (excepté « François l’embrouille » toujours au top) jouent comme des cochons. Alors que ces écoliers sont plutôt bons, rarement dans la surenchère, peut-être adaptant un jeu théâtral mais souvent touchants, ce qui les différencient déjà des choristes de Barratier. Je n’en garderai probablement rien du tout, mais c’est en fin de compte beaucoup mieux que le machin auquel je m’attendais. A condition évidemment de ne pas y aller avec un soupçon d’espoir… Bon, en fin de compte,  je l’ai revu, partiellement et c’est nul.


Catégories

Archives

octobre 2009
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche