Un couple épatant/ Cavale/ Après la vie – Lucas Belvaux – 2002

Un couple épatant/ Cavale/ Après la vie - Lucas Belvaux - 2002 dans Lucas Belvaux p1

 Trois en un.    

     Il s’agit de trois films différents ou d’un seul film. Pas vraiment d’une trilogie. On pourrait tout aussi bien regarder les trois dans l’ordre, dans le désordre. En regarder un. En regarder deux autres. Cependant, sa grande force réside dans le visionnage successif de ces trois films, de ces trois points de vue.

     5.5   Un couple épatant, le plus faible des trois, parle d’un homme amoureux tellement englouti par une paranoïa compulsive que sa femme, elle aussi complètement parano, ne tarde pas à soupçonner d’avoir sinon une maîtresse, au moins une double vie. Ce petit jeu de cache-cache entre un couple plein de soupçons incapable de véritablement se parler est sympathique mais son parti prix répétitif lasse quelque peu. Heureusement, entre temps nous avons pu constater qu’autour de ce couple il semble y avoir des histoires diablement intéressantes, plus romanesques que rocambolesques. Et c’est cela même que Belvaux nous demande à voir dans ses deux films suivants, se déroulant sur la même période mais des lieux différents évidemment, effectuant eux aussi, de temps en temps, un croisement avec notre couple épatant.

     7.0   Cavale c’est le polar. Bruno que l’on croyait sans le sou dans le film précédent, et ami d’une amie de Ornella Muti, est en fait un taulard évadé, ex résistant, que la police craint pour ses méthodes radicales, que d’anciens amis craignent parce qu’ils l’ont balancé. Bruno, joué par Belvaux lui-même, est comme un personnage central car il influe au moins un peu sur les ‘trois histoires’. Personnage qui veut à tout prix s’en sortir, et qui mourra comme un homme tomberait dans l’oubli, il se heurte, de part sa générosité, à des rencontres qui vont le ralentir dans sa quête de liberté. Catherine Frot, son ancienne petite amie résistante (mon hypothèse) qui s’en était sortie, non sans magouilles, sans aucune arrestation. Dominique Blanc, une camée en pleine crise de manque, qui l’hébergera un temps avant de l’emmener dans un chalet en montagne, celui de Ornelle Muti, sa collègue institutrice. Sauf que cette jeune femme, joué par une Dominique Blanc absolument fabuleuse, n’est autre que la femme d’un petit flic du quartier, qui n’est pas aux trousses du cavalé, mais qui aura tout de même un lien avec lui.

     7.5   C’est bien entendu le sujet du dernier des trois films, Après la vie, le plus politique, le plus fort, le plus intense, le plus surprenant qui suit les destins sinueux de ce couple, sinon épatant, hors du commun, entre un flic et une junkie invétérée. Un flic qui a toujours tout fait pour elle, trouvé sa morphine en temps voulu, qui a su l’aimer comme un intensément peut-être parce qu’il se sentait vivant tant qu’il la maintenait en vie. Cette institutrice qui a toujours tout affronté à l’aide de sa came et se retrouve maintenant dans la position peu confortable d’une pénurie totale. Si lui ne peut lui en offrir c’est parce que le retour de Bruno effraie son ancien ami indic, devenu dealer, qui ne peut plus prendre le risque de vendre ses doses. Tout se rejoint. Tout est parfaitement vraisemblable. Sans doute parce que Belvaux n’abuse de rien. Ni de son pouvoir de multiples visions (c’est comme s’il dévoilait un certain envers du décor que l’on ne voit jamais, excepté dans les séries télé) ni de la tentation du surplus d’événements qui nuirait à la cohérence de son tout. Et qu’il a monté ses trois films comme un seul. Aussi le choix de découpage est une idée lumineuse. Il permet d’offrir quelque chose de très épuré, d’une grande clarté, permettant de s’intéresser en profondeur à chaque personnage de cette grande histoire. Et il y a un autre point que je trouve génial, ce qu’une série comme Lost n’arrive pas vraiment à faire par exemple : c’est le choix du plan selon le point de vue dans le temps. Un plan dans Un couple épatant sera inversé dans Après la vie. Un plan moyen dans Cavale sera hors-champ dans Après la vie. Et ainsi de suite. Toujours suivant le personnage central du film concerné. Il n’y a qu’à certains moments où Belvaux utilise la facilité du plan identique, probablement parce qu’il n’avait pas assez de (bons) rushs. On lui pardonne. Cavale et surtout Après la vie sont à mes yeux deux excellents films.

0 commentaire à “Un couple épatant/ Cavale/ Après la vie – Lucas Belvaux – 2002”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Catégories

Archives

mai 2010
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche