Ma vie en l’air – Rémi Bezançon – 2005

Ma vie en l'air - Rémi Bezançon - 2005 dans Remi Bezancon 18431695

Amours et turbulences.  

   6.0   La réussite du cinéma de Rémi Bezançon tient à peu de choses : L’alchimie entre ce qu’il souhaite raconter et le rythme utilisé ainsi que le choix d’une comédie sous forme de chronique évitant le gag facile. Il n’y a pas de temporalité au présent sur laquelle on pourrait se rattraper, toute situation appelle un souvenir, puis un autre avant de reprendre un pseudo présent sans qu’il n’y ait un véritable schéma à suivre. Ce n’est pas quelqu’un qui raconte une histoire avec un but précis – il semble y avoir un point B mais jamais de point A – mais un patchwork d’idées/souvenirs visant à recréer un personnage. Le film aime fonctionner selon des paradoxes ce qui lui permet de systématiquement être dans la surprise. Dans la première séquence, Vincent Elbaz est dans un avion qui est sur le point de se crasher et le pilote lui demande de prendre la place de son co-pilote. On pourrait se dire que c’est une idée de base, une idée comme une autre et que le personnage en question se doit de raconter ce qui l’a mené jusqu’ici. Pour cela, il doit remonter à la rencontre de sa vie, donc forcément à son ami de toujours, à son enfance, voyager dans sa mémoire comme si on lui posait la question sans qu’il ne s’y attende. C’est foutraque sans trop l’être tout simplement parce que c’est superbement écrit. Le film est trépidant, il ne se pose jamais, et j’aime sa manière d’avancer en étapes sans qu’elles ne soient ostensibles. Par exemple, la première apparition de Marion Cotillard, plutôt tardive par ailleurs, est un modèle de rencontre sous forme de coïncidence à l’Américaine. Ça marche très bien puisqu’on ne l’attend pas. C’est une pure comédie populaire dans le bon sens du terme. Tout est dans l’équilibre qu’offrent telles ou telles situations, parfois appuyées, parfois laissées de côté, c’est un film sans règles sur ce principe là, qui ne s’apitoie pas sur le sort de ses personnages mais ne les accable pas non plus. Et encore une fois c’est bourré d’idées qui ne sont jamais là pour faire joli, toujours pour faire avancer le récit. C’est un bien chouette premier film !

3 commentaires à “Ma vie en l’air – Rémi Bezançon – 2005”


  1. 0 RB 12 mai 2012 à 16:25

    Merci pour cette critique qui est sans doute la plus belle que j’ai pu lire… Et celle d’Un heureux événement est très juste également.
    Bien à vous,
    Rémi Bezançon

  2. 1 silencio 15 mai 2012 à 0:08

    Merci beaucoup!
    Je ne pensais pas, encore il y a quelques temps que Rémi Bezançon puisse faire un cinéma pour moi, pourtant je trouve ce début de filmographie plutôt passionnante. J’aime un peu moins « Le premier jour du reste de ta vie », même si après un second visionnage récent, j’y vois beaucoup de belles choses.

  3. 2 silencio 15 mai 2012 à 0:10

    Ok, je viens seulement de constater (si c’est le cas) que je répondais à l’auteur. C’est donc un grand honneur pour moi. Continuez sur cette lancée en tout cas. Un nouveau film est-il en projet ?

Laisser un commentaire


Catégories

Archives

mai 2012
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche