• Accueil
  • > Archives pour février 2014

Archives pour février 2014



Wasp – Andrea Arnold – 2003

1535021_10151912722842106_1295581143_nL’amour et la violence.   

   7.0   On pourrait se dire que c’est du Loach mal digéré, c’est sans doute vrai. Mais faire 25 minutes de cet acabit-là, survoltées et d’une violence ahurissante, avec une telle énergie, centrées majoritairement sur une seule séquence, soit la drague dans un café d’une mère de famille qui laisse ses enfants dehors, sur le trottoir, pour tenter de trouver l’amour auprès d’un ami d’antan, je trouve ça terrassant et prodigieux. Il y a une angoisse constante jusque dans cette fin, reposée, sublime envolée inattendue. Une fin bouleversante, qui m’évoque aussi bien L’enfant des Dardenne que celle qui clôturera plus tard le chef d’œuvre d’Andrea Arnold, Fish Tank. Wasp est une puissante esquisse.

Dog – Andrea Arnold – 2001

1535021_10151912722827106_1047008738_nTerrain vague.   

   4.0   C’est l’ancêtre exact de Fish Tank en neuf minutes. Soit le quotidien d’une ado en crise familiale, qui s’en va baiser un paumé sur un canapé dans un terrain vague. Le film ne débouche en revanche sur rien d’autre qu’une grande violence, celle du garçon qui s’en prend gratuitement à un caniche et celle de l’adolescente rouée de coups par sa mère. Il faut attendre le film suivant pour que la cinéaste y laisse éclater la tendresse. Là c’est en gestation, il n’y a qu’un plan furtif, un moment, où la jeune demoiselle observe, envieuse, un couple en train de s’embrasser.

Cloud Atlas – Tom Tykwer, Andy Wachowski & Lana Wachowski – 2013

cloud-atlas-ben-whishaw-james-darcy-1024x690Gloubi-boulga.

     2.0   Le film jouit d’être imbitable, de naviguer sur six niveaux en sautant de l’un à l’autre sans jamais se poser, provoquant une sorte d’orgie temporelle et esthétique avec ses transitions diaboliques, ses mouvements homériques. Les qualificatifs ne sont pas volés tant le film essaie d’embrasser en permanence la grandeur. J’ai pensé à la douleur que fut en son temps Southland Tales. C’est la représentation parfaite du film geek à mes yeux. Comme l’était Matrix il y a quinze ans. Un plaisir de scénario à rebours qu’il faut s’amuser à décortiquer en parcourant les forums pour débusquer théories en tout genre. Tout à fait louable mais personnellement ça ne m’intéresse pas du tout.

     A la limite on peut trouver cela intéressant en terme de cuisine. C’est une belle émission top chef à trois finalistes. Trois candidats un peu orgueilleux, réputés pour leurs bonnes soupes, désireux de révolutionner leur art. Six ingrédients mélangés ne donnent malheureusement pas nécessairement un bon plat. Un vomi de premier ordre, oui. Pour être honnête j’ai beaucoup pensé à Cinéman. C’est un grotesque tellement pathétique (le film prend aussi un détour volontiers comique) que je me demande s’il traduit une forme d’humilité ou une grande bêtise. Dans le vertige permanent j’ai ma réponse. A part ça, c’est un chef d’œuvre de maquillages. On se croirait au Carnaval.

12

Catégories

Archives

février 2014
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche