• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 20 juin 2014

Archives pour 20 juin, 2014

Welcome to New York – Abel Ferrara – 2014

4403569_7_ae15_gerard-depardieu-dans-welcome-to-new-york_948afae8199092490e55a6d7b3c0dedc

Gérard.  

   6.5   Deuxième film de cette soirée gros buzz 2014. Film cannois sans sortie ciné érigé directement en truc honteux, immonde nanar (on se demande ce que les gens ont dans les yeux) donc je ne demandais qu’à voir d’autant que j’aime beaucoup ce qu’est devenu Ferrara. Ce n’est pas son meilleur film, certes, comme pour Schrader, mais c’est à mes yeux réussi. Pour la simple et bonne raison que ce n’est pas un film sur l’affaire DSK. Il en prend les contours, évidemment, mais il est surtout un film sur un homme de pouvoir qui ne ressens plus rien, ni ce pouvoir, ni la peur, ni les barrières, ni le mal. Quand sa femme lui dit qu’on l’accuse d’avoir forcé une femme de ménage à le sucer, il s’indigne en disant qu’il s’est seulement branlé sur sa bouche. Si peu. C’est un film sur un homme seul, dingue, perdu dans une immense impasse, un truc qui le dépasse tellement qu’il n’agit plus que par impulsions, majoritairement sexuelles donc. Et le film retranscrit cela à merveille. Brillamment dans sa première partie où Depardieu se livre comme jamais et confirme qu’il est un acteur monstre au cas où l’on en doutait encore. Jusqu’aux immondes grognements de truie qu’il émet lorsqu’il jouit dans une bouche ou un cul. Moins brillamment mais intelligemment dans une seconde partie, plus dialoguée, en apesanteur qui voit cet homme s’enfoncer progressivement dans le néant, d’une ville morte, prison de verre, d’une famille écorné, d’un rêve qui n’est plus que le fantôme de ce rêve. Petit Ferrara mais très beau film malgré tout.

The canyons – Paul Schrader – 2014

lindsay-lohan-the-canyons-e1373543225602-640x380

American porno.

   6.0   Premier film de ma soirée consacrée au rattrapage de deux gros buzz 2014. The canyons est loin des plus belles réussites de son auteur, loin de American gigolo par exemple. Il y a pourtant quelque chose de très séduisant et passionnant là-dedans. Il y a l’écriture d’Ellis déjà, pas ce qu’il a écrit de mieux mais c’est du pur Ellis quand même, sorte de Moins que zéro si on prend le film du point de vue de Ryan, de American psycho si on le prend de celui de Christian. The canyons n’est que longs tunnels de dialogues, pas toujours intéressants, mais bien ancrés dans cet Hollywood moderne des golden boys. C’est une affaire de corps (comme le sera aussi le Ferrara), d’enfant star (Lohan) qui se rebelle et montre sa plastique, de ces traits abîmés, actrice rongée par la défonce (on lui donnerait dix ans de plus, facile). Cet autre corps d’acteur porno, monolithe au regard de pierre, dont on ne voit pourtant jamais le sexe excepté dans une scène suggestive où il étrenne son gros gourdin en grimpant lentement des escaliers. Je trouve le film vraiment fort par moments. Capables de dépeindre tout et rien à la fois, un peu l’inverse du Cronenberg qui me semble être un film d’ado qui s’amuse avec ses propres codes. Le Schrader ne ressemble vraiment à rien d’autre qu’à lui-même. Sorte de porno cauchemardesque. Une adaptation d’Ellis parfaite, en somme, puisque Ellis est inadaptable.


Catégories

Archives

juin 2014
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche