• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 15 décembre 2014

Archives pour 15 décembre, 2014

Gone girl – David Fincher – 2014

GONE GIRL, from left: Ben Affleck, Rosamund Pike, 2014. ph: Merrick Morton/TM & copyright ©20thWhat lies beneath.

   7.5   Il y a encore quelques jours je n’aurais pas cru pouvoir un jour être bouleversé par un film de Nolan et relativement déçu par un Fincher. Pourtant c’est le cas. Alors c’est un peu dur car j’ai trouvé Gone girl absolument brillant, efficace et passionnant sur l’instant, une séance comme je les aime, que l’on ne voit pas passer. J’ai simplement peur qu’il ne m’en reste vite plus grand chose. On verra. Là, dans l’immédiat, le film me plait. Mais ça me semble tout de même à des années lumières de ses récents précédents films – Hors Benjamin Button.

     Un plan de Seven pourrait à lui seul résumer la démarche de Gone Girl, celui de ces lignes à haute tension, qui saturent le cadre autant qu’elles convoquent une multitude de possibles. Une voiture au loin, minuscule, y sillonnait cette profusion d’axe provoquant à la fois angoisse de l’indécision et fascination pour sa résolution. L’espace infini et menaçant était balayé d’un revers par une longue séquence dans cette voiture qui parvenait elle aussi à multiplier les sources d’angoisse. Dedans autant que dehors, rien de rassurant. On pourrait faire ce parallèle avec toute la filmographie de Fincher, cela dit.

     Si au premier abord, Gone girl semble être un croisement entre Passion de Brian de Palma et Apparences de Robert Zemeckis, il ne s’en démarque que dans le dérèglement imposé par un récit transgressif, cynique, évolutif, d’un apparent statisme déconcertant. C’est à la fois un exercice de style triturant les bases du thriller domestique autant qu’un pur film d’épouvante sans qu’il ne choisisse véritablement de creuser le terreau hitchcockien ou s’aventurer sur les traces ésotériques d’un Lynch. A ne pas choisir, délibérément, le film surprend. Et son refus du climax accentue cette dimension angoissante. A tel point que ce détachement froid l’empêche aussi d’atteindre la grandeur de certains de ses précédents films.

     Fincher réinvestit donc un genre qui l’a fait naître et qu’il a d’emblée trituré (Seven) peu avant de le faire éclater (Panic room) puis de le broyer (Fight club) pour le souiller encore aujourd’hui selon une construction qui ne ressemble à rien de déjà vu et un récit absolument déroutant sans cesse en mutation. Le film se rie d’une société renfermée sur l’obsession de ce qu’elle renvoie, d’un modèle bourgeois polaire, famélique, jusqu’à y trucider violemment, dans une séquence magistrale, un golden boy inoffensif, pure figuration et objet de transition pulvérisé qui serait de l’autre côté dans un livre d’Ellis.

     Reste que Gone girl s’avère complètement prisonnier de son processus de désincarnation extrême, si bien que nous même nous désagrégeons à mesure qu’il s’engouffre dans cette glaciation sans fin. Cela est bien entendu renforcé par des jeux caricaturaux entre le regard de pierre d’une – excellente, au demeurant – Rosamund Pike en poupée de cire (Amazing Amy) que via un Ben Affleck rasoir qui n’a guère besoin de forcer son jeu amorphe habituel. C’est une grisaille – sublimes premiers plans – qui contamine absolument tout, jusqu’au plaisir diffus qu’on parvient pourtant à prendre, au détour d’une bourrasque de sucre qui remplace ce que l’on pensait être un doux manteau neigeux ou d’une composition de Reznor aussi riche que minimaliste qui fait grimper le désarroi.

     La dernière partie du film aurait été parfaite si le couple, une fois réuni, avaient amorcé un vrai nouveau départ, amoral, improbable, d’admiration mutuelle, mué par la transcendance du mensonge et du danger. Ou s’il avait délibérément sombré dans une folie furieuse. Au lieu de ça il s’embourbe dans une pseudo haine sourde tout en faux-semblant, prête à éclater mais que l’on ne verra pas éclater. Après une si cotonneuse déroute le film aurait pourtant bien mérité de basculer dans la farce ou le pur film de genre.

Love is strange – Ira Sachs – 2014

love-is-strangeUn couple déménage.

   7.5   C’est un beau film. Je pense sincèrement que c’est même un peu plus que ça. Mais j’attendais tellement Ira Sachs au tournant depuis le mémorable Keep the lights on que je suis un peu déçu de le voir abandonner quelques fulgurances et glissements magnifiques dont il avait le secret. Love is strange est un beau mélo en douceur, une superbe histoire d’amour où les personnages centraux sont rarement dans le même cadre. Les deux hommes, récemment mariés, sont obligés de déménager et en attendant de retrouver un appartement, d’être hébergés chez des amis, séparément, puisque aucun ne peut accueillir les deux. Du coup c’est aussi hyper ancré en 2014, mariage homo, crise du logement, mais sans en faire un pamphlet sur-écrit non plus. C’est surtout un beau film de transmission, sur l’exemple que l’on donne aux enfants. C’est à la fois banal dans le récit, mais pas tant que ça dans la mise en scène. Je n’ai jamais vu une histoire si banale traitée avec autant d’élégance, de justesse, de transparence. Ou alors si, chez Hong Sang-soo. J’ai lu partout que l’on comparait ça à Ozu. Je n’ai jamais rien vu d’Ozu mais comme c’est le cinéma que j’ai le plus envie de découvrir, je vais faire en sorte de m’y jeter au plus vite. En tout cas, j’adore comment sont filmés les appartements dans Love is strange. Et c’était déjà ce qui m’avait marqué dans le précédent. Après je crois que le film s’embarrasse de certaines séquences (le toit, par exemple) et qu’il n’en développe pas suffisamment d’autre. Mais bon, il y a tellement de belles choses à côté. Et rarement je n’aurais vu la musique de Chopin si bien utilisée, depuis Sonate d’automne. Et reçu une ellipse dans un mélo de manière si frontale, puissante. C’est un film d’une élégance incroyable. Avec New York et Marisa Tomei, magnifiées.


Catégories

Archives

décembre 2014
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche