• Accueil
  • > Archives pour décembre 2014

Archives pour décembre 2014



Les gazelles – Mona Achache – 2014

10420365_10152517175932106_82563294955371467_n     5.5   C’est un anti La vie au ranch au sens où sa frénésie est une frénésie de montage, non une frénésie de mise en scène. Sophie Letourneur travaillait le cadre tandis qu’ici on est dans la pure vignette, construite selon des montages alternés, des enchaînements de cuts navrants ou stimulants c’est selon et un aspect délibérément cartoon. Le genre de truc qui peut vite m’agacer. Pourtant j’ai aimé. J’ai aimé parce que cette frénésie de montage est sans cesse compensée par une écriture au cordeau. Enfin j’exagère un peu mais c’est assez généreux et très drôle. En fait ça me fait formellement pensé à Polisse sauf que la forme sied à mon avis mieux au registre de la rom com. Le film ose beaucoup de choses tant que ça peut accélérer son rythme, des plus simples running gag aux enchaînements triviaux relayés en saccade. La jubilation parfois excessive des actrices y joue beaucoup. Et si le film se laisse aller à quelques facilités scénaristiques et autre empathie forcée, l’énergie qu’il déploie fait tellement de bien qu’on peut quasi tout encaisser.

Looper – Rian Johnson – 2012

10363570_10152517175787106_6249900052460156334_n     4.0   J’ai toujours un faible pour ces scénarios de voyage dans le temps, mais j’ai très vite su que celui-ci allait me gonfler. Il y a des trucs très bien, notamment la fin mais dans l’ensemble, en plus de trouver la forme affreusement impersonnelle, je ne vois rien de vraiment jouissif là-dedans, ça se prend beaucoup trop au sérieux. Ça déroule, ça alterne à tout va, ce que ça peut être lourdingue franchement.

Requiem pour une tueuse – Jérôme Le Gris – 2011

19598756   0.5   Que du bonheur ce trio Karyo/Laurent/Cornillac ! Tout ce qui se fait de pire réuni dans un seul film. Le pied. Ce photogramme ne rend d’ailleurs pas grâce à Karyo car il porte de petites lunettes noires la plupart du temps dans le film, c’est tellement ridicule que ça en devient poilant. Une sorte de personnage de chez Marchal échoué chez Arcady. Bref, c’est un bon gros navet. Mais un bon gros navet dans lequel on entend du Midlake, à la fin. Comme quoi…

Enemy – Denis Villeneuve – 2014

10369873_10152517175797106_5822348956423412112_nAfter The Lights Go Out.

   3.0   Délire cauchemardesque entre Kafka et Cronenberg, un peu trop certain de son style et doté d’une image couleur jaune pisse particulièrement désagréable. Parfois j’y ai cru, Villeneuve n’est pas non plus un manche, mais j’ai très souvent attendu que ça se termine. Déjà oublié. Pourtant j’étais confiant, j’aime assez Prisonners et beaucoup Incendies.

Deadwood – Saisons 1 à 3 – HBO – 2004/2006

10447874_10152230309752106_6194238273331697982_nBlack Hills.

   7.5   Pas facile de finir en beauté quand on sait que c’est une série qui restera à jamais inachevée, pour des problèmes de production, enfin d’argent – trop de personnages. Une fin qui n’en est pas une c’est toujours un peu frustrant. Et dans le même temps, Deadwood n’a pas tant de besoin de fin. C’est une parcelle d’histoire, entre deux zones hors champ, c’est ce qui me séduit et fait sa force. Des personnages historiques apparaissent, puis disparaissent. D’autres sont purement fictionnels. Des inventions, des textes de lois, des moeurs entrent en vigueur pour achever de faire entrer la série dans une réalité. Pas de grands bouleversements, au sens sensationnels du terme et plus encore dans la troisième saison, qui n’est pas la plus stimulantes des trois, mais qui correspond assez bien au choix central de faire une sorte de document alambiqué sur l’Histoire de l’Amérique du XIXe par le prisme d’une petite ville en pleine transformation. La série effectue un beau développement de personnages, d’interactions fictionnelles, sans aucun souci de ressembler à quelque chose de déjà vu, sans grosse poussée d’adrénaline, excepté le climax de fin de l’épisode 4 de la Saison 1. C’est d’une grande richesse. Hyper bien dialogué, parfois très âpre, violent, parfois très décalé et drôle et le nombre de personnages centraux est ahurissant. Je suis ravi de m’être laissé tenter.

Under the dome – Saisons 1&2 – CBS – 2013/2014

1453536_10151820982807106_1892705177_nDans l’eau… qui fait des bulles.

   1.5   Saison 1.

     Avec beaucoup d’indulgence il m’est parfois arrivé de trouver cela divertissant. Pas trop ennuyant, surtout lors du pilot et de quelques épisodes au centre. Mais dans l’ensemble c’est quand même absolument consternant. Les trois derniers épisodes par exemple c’est de la merde en barres. Il n’y a pas un seul personnage que je n’ai pas eu envie de baffer. Mention spéciale à Junior et la fliquette. Je me demande comment Stephen King peut cautionner une adaptation aussi tiède. King assure d’ailleurs qu’il aime beaucoup la série, ce qui prouve qu’il n’a pas mis des billes à l’aveugle. Il n’est, on le savait, pas irréprochable puisqu’il a toujours un peu craché sur le Shining de Kubrick.

Saison 2.

     C’est affreux. Plus encore que la première saison qui avait pourtant mis la barre haute, mais qui avait pour elle forcément la mise en place de ce petit nouveau monde sous cette ville bulle. On n’y croyait pas mais le pitch continuait de faire quelque peu rêver mais très vite ça s’éparpillait déjà sans avancer. Là ils vont dans tous les sens, sortent du dome, y reviennent, affrontent une vague de froid, des revenants, découvrent des grottes mystérieuses sous la ville, font face à une grippe porcine. Et tout est stupéfiant de médiocrité, traité par-dessus la jambe. Le début de saison était pourtant presque prometteur avec ces deux personnages récurrents qui crevaient sèchement. Deux acteurs mauvais et personnages exécrables qui plus est donc giga bonne idée d’entrée. Mais ça ne débouche sur rien, tout tombe à l’eau, rien n’émeut, rien n’émerge de ça, c’est comme s’il ne s’était rien passé. Et puis c’est toujours aussi mal écrit et les interprétations sont toutes à côté de la plaque c’en est fascinant. Je ne sais pas comment King et Spielberg peuvent approuver la sortie d’une merde pareille, avec leurs noms au générique, tant c’est débile.

American Horror Story – Saisons 1&2 – FX – 2011/2012

10176051_10152522440682106_8073876740187630852_nDominique, nique, nique…

   3.0   Autant la première saison était parvenue à faire suffisamment illusion pour me rendre curieux de la suite, autant la deuxième fut parfois proche du calvaire, dans son ensemble. En fait, mes impressions se sont inversées. Ce climat, cette grandiloquence, ces excès qui devenaient légion dans Murder House rendait la chose assez jouissive sans que j’y vienne avec entrain non plus. Je me souviens d’un épisode pilot qui lâchait clairement les chevaux mais la suite semblait chaque fois, épisode après épisode, en garder sous la pédale. C’était agaçant. Je trouve Asylum pourtant meilleure et plus généreuse sur bien des points, c’est seulement trop hardcore pour moi. Trop pénible d’enchaîner. Et trop douloureux sur la durée. Je n’ai aucune affinité avec ce type de show grandiloquent et stylisé, ça ne me procure rien d’autre que de l’indifférence. Au début de cette deuxième saison, un épisode sur deux attirait un minimum mon attention. A la fin, hormis le dernier épisode relativement correct, je trouve tout long, faussement subversif car in fine hyper programmatique. Je garderais au moins en tête les deux superbes génériques d’ouverture. Mais je m’arrête là.

12

Catégories

Archives

décembre 2014
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche