• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 14 juin 2015

Archives pour 14 juin, 2015

Urgences (ER) – Saison 4

32 (4)A bloody mess.

   8.0   Je ne vais pas revenir en détail sur cette excellente saison, puisque j’ai l’impression de me répéter. Je voulais juste dire qu’il y a selon moi dans cette série télé tout ce que l’on peut espérer d’une pure série télé, classique, élégante et destinée à tous. Parvenir à cette alchimie-là me semblait inimaginable avant de me lancer dans le monde des séries. Urgences m’apprend autant qu’elle m’émeut et me divertit, elle comble toutes mes attentes. C’est un show capable de s’enfermer dans un établissement jusqu’à l’étouffement, voguant d’un service à l’autre, avant de s’aérer complètement l’épisode suivant, le temps par exemple d’un road movie simple et magnifique (Fathers & sons) où Mark accompagne Doug en Californie à l’annonce de la mort de son père. L’un des rares épisodes à se dérouler entièrement hors des urgences, avec un peu plus tard Family practice, où Mark se rend au chevet de sa mère. Et puis il y a tous ces petits rôles qui ne sont jamais vraiment des petits, je pense notamment à ce qu’ils font du Dr Anspaugh et de son fils atteint d’un cancer (là encore, Jeannie y tient une place majeure) ou du retour avortée du Dr Morgenstern. L’épisode de l’erreur chirurgicale sur un médecin réputé où il est assisté de Benton est monumental. La saison se clôt d’ailleurs dans l’effervescence d’une urgence terrifiante. Je ne sais pas si la saison 5 démarrera là où celle-ci se termine, peu importe en fait, mais j’adore l’idée de finir là-dessus, l’éternel recommencement.

Les temps qui changent – André Téchiné – 2004

temps-qui-changent-2004-04-g   6.5   Je crois bien que c’est le premier Téchiné que j’aime vraiment. J’ai beaucoup de lacunes c’est vrai mais ça m’a semblé infiniment au-dessus du reste. Pour moi tout ce qui rate dans Impardonnables réussit à merveille ici, je veux dire la dynamique par les flux de sentiments qui s’imbriquent et se croisent. Brillant.

Eastern plays (Istochni Piesi) – Kamen Kalev – 2010

Eastern-plays-2   6.0   Il est clair que ça fait clairement premier film. Mais un premier film bulgare intéressant qui sort du cadre « premier film d’un jeune réa sortant de la Fémis ». L’histoire – Deux frères ont grandi, se sont un peu éloignés ; le plus âgé sauve par hasard une famille turque agressée par un groupe néo-nazis dont fait parti son jeune frère – semble à première vue balisée, un peu trop initiatico-existentialisto-symbolique. Pourtant, le cinéaste a de belles idées, essentiellement dans le dernier tiers du film où il choisit volontairement de mettre l’un d’eux sur la touche pour suivre l’errance nocturne de l’autre, pris entre ses sculptures sur bois, la drogue, surtout la drogue, mais aussi cette jeune demoiselle rencontrée lors de l’agression. Le film devient plus silencieux, plus mystérieux et propose un écho au réel – le film est dédié à l’acteur principal du film décédé durant le tournage – assez déstabilisant. Et puis Kamen Kalev propose de véritables instants de grâce. Curieux de voir ce qu’il fera par la suite.


Catégories

Archives

juin 2015
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche