La famille Bélier – Eric Lartigau – 2014

la-famille-belierL’intruse.

   4.0   Il faut vraiment le prendre comme on prend un (télé)film de Lioret, le feel good ending en plus. Niveau mise en scène c’est donc le néant. Hormis une scène, pas forcément belle mais culotée, tout est programmatique, attendu, superficiel et l’intérêt repose uniquement sur la présence des acteurs, tous excellents. Enlevez Viard et Elmosnino, il ne reste rien. Louane Emera est bien aussi même si l’on sent qu’elle est là pour sa voix, même si l’on sent le placement « The Voice » produit en gros. Je ne comprends pas trop les prix mais elle fait le job, sobrement. Elle est plus sobre que le film en tout cas. Le récit lui est ultra banal et s’enchaine comme de la variétoche, avec ses boucles et ses refrains easy listenning. C’est l’histoire d’une ado sans handicap au milieu d’une famille de sourds muets qui va devenir adulte en choisissant le chant et se libérer sur Je vole de Michel Sardou. Il faut être prêt à s’envoyer du Sardou pendant deux heures, je préfère prévenir. Chaque scène répond donc à la trame et le film ne s’envole donc jamais trop occupé qu’il est à dérouler avec un nombre hallucinant de mini séquences ouvertes sur la suivante. Un petit programme bien cadré, en somme. C’est en voyant quelques jours plus tôt les dix-huit séquences de Mes séances de lutte, de Jacques Doillon, que je me suis rendu compte à quel point le cinéma mainstream s’enlisait lui dans un schéma sans vie, multipliant la scène coute que coute sans jamais s’occuper de sa durée, indifférent au petit truc qui fera la différence. Le dernier Podalydès a lui aussi ce défaut je trouve. La famille Bélier recherche ça uniquement lors des scènes de chant, mais comme elles sont filmées aussi platement qu’un prime Star’Ac il n’en ressort rien. Concrètement je n’ai rien contre Sardou ni contre n’importe quel autre tube radiophonique dans le cinéma, j’aime juste que ce dernier permette de transcender ce choix – Belvaux réussissait quelque chose de fort à la fin de Pas son genre. Là ce n’est jamais le cas. Reste donc un gentil mélo maquillé en comédie, pas méprisant, pas agaçant, aussi doux et aventureux qu’une chanson de Coldplay, quoi. J’ai trouvé ça mignon alors que je m’attendais à trouver ça insupportable donc c’est cool.

0 commentaire à “La famille Bélier – Eric Lartigau – 2014”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Catégories

Archives

août 2015
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche