• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 9 février 2016

Archives pour 9 février, 2016

L’exorciste (The exorcist) – William Friedkin – 1974

L'exorciste (The exorcist) - William Friedkin - 1974 dans William Friedkin l-exorcisteDémon domestique.

   7.5   Je n’en gardais pour ainsi dire aucun souvenir hormis ces quelques séquences qui en bon standards de terreur ont traversé le temps, les écrans et les souvenirs comme des flashs. En fait, dans sa mécanique et sa construction, même dans son tempo, le film est à peu près tout le contraire de ce à quoi on l’a catalogué. Il s’agit moins de produire de la peur que de la sidération. Moins de scruter le spectacle (gore) que le drame (intime). Il est à l’image de la transformation de Regan : On en voit les secousses mais rarement les séismes. C’est d’autant plus glaçant de jouer sur ce crescendo (jusqu’à son déploiement écœurant : râles, blasphèmes, vomi et crucifix) qui n’a d’autre but que de déplacer le film, le sortir de ses écrous, lui changer de ton, l’enfermer dans une chambre froide. Friedkin avait un culot et une foi dingue dans le cinéma à cette époque : Max Von Sydow qui joue l’exorciste, est sacrifié hors-champ, brutalement. Avant cela, il y a la longue séquence introductive en Irak, mystérieuse. Et il faut bien 45 minutes avant de voir les premières crises de Regan. Et la mère qui n’est plus que le fantôme d’une mère ensuite, hallucinante dans sa retenue et son effacement. Sans compter qu’il n’y a quasi pas de musique alors que je m’attendais à entendre le célèbre morceau en permanence. Le film m’aura vraiment surpris en continu, alors qu’il me semblait assez loin du Friedkin de French Connection et Sorcerer que j’adore. En fait c’est exactement le même. Un vrai sorcier, capable d’aller capter l’inexplicable et la possession, le diable dans l’apprentissage sexuel d’une adolescente, les tourments religieux d’un prêtre en pleine crise de foi, à travers une mise en scène inventive, anxiogène et cauchemardesque jamais vu jusqu’alors.

Agora – Alejandro Amenabar – 2010

Agora - Alejandro Amenabar - 2010 dans Alejandro Amenabar agora1Science vs religion.

   5.0   Ce n’est pas un bon film mais c’est loin d’être la purge que j’attendais. Je trouve que c’est un péplum new generation plutôt passionnant qui se concentre assez bien sur l’essentiel de ce qu’il veut raconter à savoir les découvertes astronomiques d’Hypathie, tout en ne négligeant pas les divergences d’idéologies religieuses. C’est hyper démonstratif (Amenabar, quoi) mais plutôt bien fichu. Et puis il y a Rachel Weisz, qui joue beaucoup en faveur de mon indulgence générale.

L’élite de Brooklyn (Brooklyn’s Finest) – Antoine Fuqua – 2010

L'élite de Brooklyn (Brooklyn's Finest) - Antoine Fuqua – 2010 dans Antoine Fuqua l-elite-de-brooklyn-brooklyn-s-finest-31-03-2010-27-11-2009-11-g     4.5   C’est dark de chez dark et sans doute trop dark pour moi. N’empêche que je retrouve un peu ce qui m’avait séduit dans un autre film bien dark d’Antoine Fuqua : Training day, un film que j’aimerais beaucoup revoir tiens (avec l’excellent Ethan Hawke). Les acteurs sont excellents, là encore. Et si le film est inégal, on sent par petits blocs de scènes qu’il y a du potentiel, ne serait-ce que d’un point de vue mise en scénique.


Catégories

Archives

février 2016
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
29  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche