• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 14 mai 2016

Archives pour 14 mai, 2016

Marie et les naufragés – Sébastien Betbeder – 2016

35.10La fille de l’eau.

   5.5   Si l’on retrouve le ton et le charme du cinéma tendre de Betbeder, avec ses correspondances savoureuses, ses ruptures de rythme, ses changements de cap, son humour qui le caractérise, ses partis pris formels, je dois avouer être relativement déçu par ce nouveau bébé. Non pas qu’il se fourvoie ni abandonne cette singularité qui lui est propre mais il me semble qu’il manque une homogénéité, une émotion, une grâce, il me semble aussi que l’on cherche Damien Chapelle plus que les autres. Pas sûr que cela soit dû à la présence d’André Wilms (dont le personnage est le gros n’importe quoi du film ; Le clip de Cosmo c’est d’un goût…Proche de celui que nous avait offert Tellier dans son moins bon album, My god is blue, Cqfd) mais j’ai ressenti la même distance que je peux ressentir devant les films de Kaurismaki. Il y a pourtant ici et là des choses qui me plaisent beaucoup, comme ces trois fragments de présentations de personnages que le film offre un peu à la manière de ces confidences face caméra qui rythmaient son Deux automnes, trois hivers ; Et cette impression que ce sont les personnages qui créent du récit. J’aime aussi le double niveau de récit qui se joue entre ce que vit Antoine (Cantona) et ce qu’il écrit. La récurrence de l’heure Pi. L’île de Groix. La citation de La jetée. La danse finale, aussi, avec sa magnifique chorégraphie de naufragés, sous néons bleus. La musique de Sébastien Tellier (qui accompagne tout le film) qui se love tellement bien dans l’univers de Betbeder. Quant à Vimala Pons, elle a beau faire du Vimala Pons puissance dix (Rêveuse, à contre-temps, l’absence à la fois dans le corps et dans les yeux) elle le fait à merveille. Pourtant et contrairement à celui que le film semble suivre (Siméon, Pierre Rochefort) c’est bien Oscar qui devient cette respiration géniale et insoluble, sorte de Tati qui parle ou de Pierre Richard qui pense. Toutes les séquences autour de son somnambulisme sont géniales ; Et puis j’aime sa rencontre avec Canto. Sa façon de se mettre le pommeau de douche dans la tronche. De craindre de se voir se jeter par la fenêtre. J’ai sensiblement le même coup de foudre pour lui que pour Thomas Scimeca dans Inupiluk. Je crains de garder cela en priorité, de Marie et les naufragés. On verra.

The last days on Mars – Ruairí Robinson – 2014

35.6   2.0   Dialogues insipides, scènes d’action illisibles, personnages caricaturaux, jeux complètement à côté de la plaque (Schreiber et Koteas, en priorité). Si au moins on avait eu ne serait-ce qu’un semblant d’humour mais non, tout est d’un sérieux de pape de bout en bout, c’est abominable. Un mélange d’Alien et de Mission to Mars dépourvu d’idées, d’originalité. Aucun intérêt.


Catégories

Archives

mai 2016
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche