Babysitting 2 – Nicolas Benamou & Philippe Lacheau – 2015

14890396_10154105644847106_696159881860114844_oMémésitting.

   5.5   On prend les mêmes et on recommence, à la différence que la fête foraine de St-Germain en Laye est remplacée par la forêt du Brésil. L’idée avait de quoi faire frémir, quand bien même on avait apprécié les premières aventures de ce found foutage singeant sans vergogne quelques récentes comédies américaines. Les vingt premières minutes confirment ces craintes : La plage est l’occasion d’exhiber davantage de string et poitrines et un groupe de comique assis peinard sur le butin de leur petite réussite. Un peu comme la troupe du Splendid avait en son temps cartonné les planches du café-théâtre avant de faire ses gammes en cinéma en se délocalisant dans un club med de Côte d’Ivoire puis dans la station de ski de Val d’Isère. Quand ça marche, pourquoi s’embêter ?

     Loin de moi l’idée de voir en Babysitting 2 Les bronzés font du ski de la bande à Fifi, néanmoins, ô surprise, une fois la machine lancée et l’on retrouve la rythmique déjantée qui investissait le premier opus. L’originalité en moins certes (Il s’agit une nouvelle fois d’une caméra retrouvée qui va permettre de reconstituer une aventure hors-champ) mais avec cette volonté, encore plus généreuse cette fois, de faire des lieux un terrain de jeu géant, hystérique et hallucinogène, entre grottes, tribus indiennes et saut en parachute. L’humour est sensiblement identique (C’est donc très, très con) mais le délire plus trash encore, moins calqué sur le côté festif (et sa pléiade de figurants) parasité par la reconstruction familiale (Ce qui échouait dans le premier qui voulait à la fois être le film trash sans limite et un pur divertissement familial) que sur un flot de mésaventures sans aucune mesure. Avec cette liberté bienvenue de faire une suite sans se soucier du matériau de base : Si les personnages reviennent ça semble être une toute autre histoire ou presque – Les bronzés c’était un peu pareil, quand on y réfléchit et le fait que Clavier remplace ici Jugnot dans le même rôle n’est à mon avis pas un clin d’œil anodin. Pire, l’enfant convoqué par le titre a disparu, c’est comme s’il n’existait plus. C’est une mémé qui le remplace, véritable trouvaille WTF (qui rappelle un peu celle du dessin animé Les Croods) et métronome du film dans la mesure où c’est elle qui lui insuffle son excentricité inaltérable. Comme l’enfant dans le premier, c’est elle qui apparait, disparait, réapparait et garantit le flot de vannes et situations abracadabrantes.

     Ce n’est pas toujours très subtil, rarement fin (Mais on pourrait en dire autant de l’humour ZAZ, qu’on approche ci et là par les multiples références) c’est souvent en roue libre dans son défilé de pastilles et ça veut encore trop mêler found foutage et présent de ceux qui regardent le found foutage (De façon à ce que le spectateur cale ses émotions sur les leurs) mais bordel qu’est-ce que j’ai pu me marrer une fois de plus ! Et puis j’aime bien cette bande, je sais pas, je trouve qu’elle fonctionne bien ensemble, que tous sont complémentaires les uns des autres. Je sens que le prochain volet se déroulera à la montagne.

0 commentaire à “Babysitting 2 – Nicolas Benamou & Philippe Lacheau – 2015”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Catégories

Archives

novembre 2016
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche