• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 3 janvier 2017

Archives pour 3 janvier, 2017

Les saisons – Jacques Perrin & Jacques Cluzaud – 2016

15675846_10154261879032106_5157899111801448221_oForces de la nature.

   5.0   Les images sont parfois démentes, ils sont allés chercher des trucs qu’on ne pourra voir dans aucun autre docu animalier. Après, la portée un peu trop hénaurme du truc qui veut brasser l’ère glaciaire jusqu’à aujourd’hui me parle moins, d’autant que niveau construction c’est du grand n’importe quoi, on passe d’un animal, d’un élément, d’une saison à l’autre en permanence. C’est fatiguant. La voix off habituelle est relativement discrète c’est agréable. La musique c’est un vrai problème en revanche, surtout quand on a autant de matière sonore à côté : Rarement autant entendu le bruit des pas des animaux dans les feuillages, les craquements de poudreuse, le vent etc.. Vraiment dommage donc. Mais de belles images quoiqu’il en soit. Des envolées folles d’ailleurs (Sans doute des utilisations de drones…) qui auraient mérité un traitement plus radical.

21 nuits avec Pattie – Arnaud & Jean-Marie Larrieu – 2015

15304374_10154193119707106_6020463393304508163_oCet obscur objet du désir.

   6.0   Le film s’essouffle aussi vite que la crédibilité de Karin Viard en nymphomane avouée s’évapore. Néanmoins on reconnaît bien le style des Larrieu, ouvertement sexuel, évidemment, toujours très porté sur les paysages pyrénéens, mais aussi cette galerie de personnages génialement olé olé. Surtout je trouve que le film dit quelque chose de très beau sur l’impuissance, qu’on avait encore peu vu chez eux. Ils le font non seulement au travers du personnage d’Isabelle Carré, qui n’éprouve plus de désir (Sa confession sur sa relation conjugale, bouleversante) mais aussi au travers des autres et notamment Karin Viard, qui baise mais ne sait plus aimer. Et puis il y a un climat très étrange en permanence, quasi fantastique, ouvertement avec les apparitions/disparitions de la défunte mère et subrepticement avec les curieuses anomalies qui parcourent le film : Les hommes nus dans la piscine au début, le flic sortant du lac (On se croirait chez Guiraudie) ou bien la présence de gentleman Dussolier qui campe un personnage un peu nécrophage sur les bords. Et en filigrane les retrouvailles d’une femme avec sa mère (pourtant morte) qui va lui rouvrir les portes du désir. C’est à la fois très cru et très beau. Un peu forcé et parfois raté c’est vrai (Le plan interminable sur Isabelle Carré assise à table) mais ce nouveau cru distille un charme certain, comme toujours avec les frangins.


Catégories

Archives

janvier 2017
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche