• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 17 février 2017

Archives pour 17 février, 2017

Les Innocentes – Anne Fontaine – 2016

16700231_10154429318797106_3731598626795163715_oBaby-boom au couvent.

   3.5   Je l’ai surtout vu afin de me mettre à jour pour les César la semaine prochaine, parce que bon, Anne Fontaine, sauf exception, je m’en tamponne. Et c’est un film chiant. Le prototype même du film français que ceux qui trouvent que le cinéma français c’est nul vont voir. Le couvent est filmé n’importe comment, Lou de Laage joue comme une cafetière, et on devine chaque scène cinq minutes avant qu’elle n’arrive. Nonnes obligent, j’ai pensé au film de Pawel Pawlikowski, Ida, sorti en 2014 et bien s’ils sont tous deux opposés, je n’aime ni l’un ni l’autre. Soit parce que l’un pense la forme en tant que pose, quand l’autre ne pense qu’au fond sans jamais le traiter cinématographiquement. Reste la présence de Vincent Macaigne, assez étrange, puisqu’il joue comme d’habitude et mine de rien il offre une voie de sortie au film, quelque chose qui aurait pu être émouvant mais qui reste au stade embryonnaire puisque ce qui intéresse Fontaine c’est son convent et la dureté qui doit s’en dégager, non sans un certain mécanisme grossier inhérent au genre avec notamment la mère supérieure abjecte qu’on va punir à coup de syphilis. Et dire que c’est en compétition pour le meilleur film…

Sicario – Denis Villeneuve – 2015

29La bête sans la belle.

   3.5   Enemy m’avait semblé plus ennuyant qu’insupportable mais à la réflexion, je me demande si ce n’est pas sa vacuité suffisante qui m’exaspère. Sicario ne joue pas dans la même cour mais c’est typiquement le genre de truc devant lequel je reste en retrait. Trop bourrin, sans doute, mais surtout beaucoup trop certain de son absolue maîtrise sous testostérone. Il y avait déjà ça dans Prisoners mais le film était fort malgré tout, glauque mais rondement mené, dense sans être long. J’attendais de Sicario quelque chose dans la lignée de l’excellent Zero Dark Thirty, de Kathryn Bigelow, sur les terres de Breaking Bad, d’autant que Premier contact m’avait complètement réconcilié avec l’auteur d’Incendies qui m’avait chaviré – malgré ses rebondissements aux forceps – il y a sept ans. Mais tout est ici bien trop froid et programmatique pour éveiller un semblant d’empathie qui plus est avec cette fadeur lourde qui nourrit chacun des personnages. J’ai l’impression que tout a été surtout pensé pour que chaque coup de feu fasse sursauter, que chaque plan soit virtuose, que chaque pics de tension veuille en mettre plein à la vue – N’est pas Mann qui veut. Et que toujours le récit s’engloutisse davantage dans une ambiance plus sombre et pesante encore, accompagnée des stridences de Jóhann Jóhannsson et ses orgues/percussions bien graves. Alors ok c’est un produit bien fait, qui ne cherche aucunement à te prendre par la main, mais qui veut montrer sans cesse qu’il a des couilles. Et franchement moi, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre.


Catégories

Archives

février 2017
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche