• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 14 mars 2017

Archives pour 14 mars, 2017

Médecin de campagne – Thomas Lilti – 2016

15Mise en scène sur ordonnance.

   4.1   On est bien loin de la réussite majeure et surprise qu’avait constitué il y a deux ans le très beau premier film de Thomas Lilti : Hippocrate. Médecin de campagne se contente du catalogue sans jamais penser à comment le raconter : Le film est formellement digne d’un banal téléfilm ou reportage de JT. Malgré tout, Cluzet, celui que je craignais le plus, tire son épingle du jeu, trouvant le ton juste pour jouer ce médecin de campagne, donc (à Chaussy, pas loin de chez moi) qui persévère dans son dur métier (Il travaille jour et nuit) alors qu’il est atteint d’une tumeur. Un sujet bien lourd compensé par la présence d’une femme médecin, qu’on a envoyé pour le seconder, dans la perspective de le remplacer. Ce qui se joue entre les deux, le combat pour se comprendre, le secret de l’un face à l’effacement total de l’autre (Zéro background la fille, personnage même pas écrit, dommage pour la toujours très gracieuse Marianne Denicourt) est très mécanique (La mise à l’épreuve de la consœur perdue notamment quand elle coupe plusieurs fois la parole à son premier patient, c’est tellement forcé, un exemple parmi tant d’autres) mais bien plus intéressant que le regard documentaire du film, qui semble observer le patient avec surplomb ou tout simplement faire état de présence pour faire avancer l’intrigue principale. Lilti ne filme pas les gens mais des figures : Le vieillard, les gitans, le garçon autiste, l’ado enceinte, le méchant. Disons qu’on le sent investi d’une double mission théorique moins cinématographique que sociétale à savoir de parler d’euthanasie et des conditions difficiles et mal subventionnées de la médecine de campagne. Autant regarder un reportage que ce genre de fiction qui progresse à grands coups de raccourcis scénaristiques, faussement ouverte sur le monde.

Mal de pierres – Nicole Garcia – 2016

30     4.2   Après l’inénarrable « T’es une belle personne » Cotillard, décidemment abonnée aux petites phrases toutes fabriquées récidive et nous offre un « Vous êtes un tout petit être ». Bon, je suis méchant, elle est vraiment bien dedans et ce n’était pas gagné, tant l’écriture Nicole Garcia est fine : Au début, Gabrielle, qui vit dans une bourgeoisie agricole, souffre d’un mal inexplicable (En fait elle apprendra bientôt qu’elle a des calculs rénaux, le fameux mal de pierres) et rêve de passion amoureuse quand elle est pourtant destiné à se marier avec le garçon de la famille d’agriculteurs voisine. Pour ce faire, Nicole Garcia nous montre Cotillard en train de lire (et s’exciter sur) Les hauts de Hurlevent. Plus tard, avant de citer Freud, on nous montre son portrait sur un mur. La finesse, oui. Si le film est d’abord froid comme la pierre, justement, Ba Dum Tss, je le trouve moins mauvais que ce qu’on en dit, disons qu’il aurait dû fonctionner comme son héroïne, qui ne veut ni pleurer ni guérir, mais s’enivrer de passion, or il est trop sage et refermé sur lui-même. Le film est on ne peut plus académique dans sa forme mais l’émotion finit par naître, de façon un peu inattendue, sur la fin, qui peut rappeler vite fait celle de Two Lovers. Reste que ça me fait un peu de peine qu’un film aussi terne que celui-ci ou celui d’Anne Fontaine, pouvait rêver du Cesar suprême quand Nocturama, Le voyage au Groenland ou Les Ogres non.


Catégories

mars 2017
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche