• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 15 mars 2017

Archives pour 15 mars, 2017

Le fils de Jean – Philippe Lioret – 2016

Les yeux au ciel photos: Sébastien Raymond.  seb©sebray.comJe suis ton père, ne t’en fais pas.

   5.1   Bien qu’elle ne soit pas toujours très fine ni inspirée, la petite musique qui habite la filmographie de Philippe Lioret me rend son cinéma très sympathique justement parce qu’on le reconnait au milieu des autres productions françaises qui se veulent auteuristes et populaires. C’est pas Rohmer ni Hong Sang-soo évidemment, mais on sent une certaine continuité d’un film à l’autre, une cohérence dans ses thématiques (Le secret, la perte, la famille) et une retenue élégante même si elle a tendance à verser dans la complaisance.

     Il y a deux problèmes avec le peu stimulant Fils de Jean : D’une part, au début, les dialogues sonnent souvent faux, ils sont trop écrits pour faire naturalistes et du coup, expatriation de son cinéma (Le film se déroule surtout au Québec) oblige, on a peur de voir des personnages encore davantage réciter leur partition – En fait ça va, Notamment car Gabriel Arcand est très bon.

     L’autre problème, c’est que le film est trop proche, dans sa construction, son développement, son crescendo, sa conclusion d’un autre film de Lioret : Je vais bien, ne t’en fais pas. Leurs titres orientent d’ailleurs vers la même direction, le mensonge : Le frère de Lili n’allait pas bien et Mathieu n’est pas le fils de Jean. Quand on a compris ce vers quoi le film tendait à ressembler, les mécanismes sont prévisibles (La casquette jaune, le stéthoscope…) et il faut vraiment attendre la toute fin du film pour le voir s’ouvrir à l’émotion. Même si un peu plus tôt il y a ce beau jeu de séduction nocturne sur un balcon, entre la fille de Pierre et le faux fils de Jean – Qui aurait pu donner un résultat super malsain en y réfléchissant.

     C’est un peu ce qui me gêne chez Lioret de manière générale, il aime tout offrir d’un coup, à la fin. Mais je préfère malgré tout quand il fait trainer ainsi, qu’il la joue méticuleux, pudique et bienveillant avec ses personnages, plutôt que quand il surligne tout comme un cochon dans Toutes nos envies, son précédent film. Et puis la fin est vraiment très belle et rappelle d’ailleurs beaucoup le dernier plan de Je vais bien, ne t’en fais pas : La beauté du présent et l’espoir de se retrouver.

Quand on a 17 ans – André Téchiné – 2016

30     7.1   Pas super fan de Téchiné de manière générale mais là j’ai trouvé ça vraiment excellent, autant dans sa façon de brosser la relation entre les deux garçons, son approche du milieu fermier ainsi que de la médecine de campagne (nettement plus intéressante que dans le film de Lilti, c’est un comble) et la dimension romanesque (Le père) qui secoue la « banalité » du récit. Super film. Et les deux acteurs sont merveilleux. Ah et c’est important je trouve que Téchiné filme admirablement la montagne, la neige, Luchon et Saint-Girons.


Catégories

mars 2017
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche