• Accueil
  • > Archives pour septembre 2017

Archives pour septembre 2017



Juillet-Août – Diastème – 2016

10. Juillet-Août - Diastème - 2016Diabolo grenadine.

   5.5   Si ce troisième essai n’a pas la force d’Un français, le second film « coup de poing » de Diastème, il est aussi plus homogène, bienveillant et finalement hyper attachant. Sous ses airs de vaudeville intergénérationnel un peu anecdotique, le film raconte assez justement ce double rapport qui cohabite : Celui entre deux sœurs, proche et houleux et celui entre leurs parents, divorcés, qui refont ou tentent de refaire leur vie chacun de leur côté. Le film raconte en deux parties distinctes les vacances des deux filles, passées d’abord en compagnie de leur mère dans le Sud en juillet puis aux côtés de leur père, en Bretagne en août. L’occasion des premiers émois de la plus grande, avec un garçon (pas si) dangereux (intrigue qui sort un peu du chapeau, mais bon) et de la métamorphose de la petite, qui affronte ses premières règles et sa colère de devoir filer en pension l’année scolaire à venir. Les deux ados sont plutôt bien castées. Et les deux parents sont campés par deux acteurs que j’aime beaucoup : Pascale Arbillot et Thierry Godard. Le film tombe parfois dans la facilité au détour de quelques situations mais globalement j’aime bien son ambiance, quelque part entre À ma sœur, de Breillat et Diabolo menthe, de Diane Kurys. Et puis Diastème aime chacun de ses personnages, ça se sent et dans ce genre de film, c’est important.

Split – M. Night Shyamalan – 2017

11. Split - M. Night Shyamalan - 2017Boring beast.

   3.0   S’il semble constamment s’éloigner de ses premières amours et d’une certaine zone de confort en cherchant à exploiter tous les genres, il y a dans le cinéma de Shyamalan quelque chose qui systématiquement fait qu’on reconnaît ses films entre mille. C’est aussi le cas de Split. Pourtant, il en évoque surtout d’autres mais en nettement moins bien : Les flashbacks de Signes, la bête du Village, le huis clos de La jeune fille de l’eau. Ça me désole car je l’attendais vraiment – Après le très beau, très surprenant, très flippant The Visit – mais je suis pas loin de trouver ce dernier cru mauvais. Raté, pour rester poli. Je n’y vois qu’un truc chic et choc un peu lourd un peu chiant qui recycle les motifs qui ont fait la renommée de l’auteur couplé aux attentes formelles que le genre génère. Reste ce récit qu’ailleurs on aurait probablement traité grossièrement et que Shyamalan va dessiner à sa manière, un peu à contre-courant des modes hollywoodiennes. Je suis là aussi resté à quai. Rien compris à ce qu’il tentait de me raconter (Montage affreux) sinon l’impression qu’il l’avait déjà cent fois mieux raconté dans Incassable. Quand à la toute fin, c’est le morceau phare de son chef d’œuvre qui résonne j’ai d’abord été un peu gêné par cette facilité auto citationnelle pour ne pas dire auto parodique, avant que le dernier plan cameo ne légitimise son utilisation. Sorte de petit cadeau pour aficionado qui remplace ses twists d’antan mais qui m’apparaît avec le recul plus lourdingue qu’autre chose. Je sauve tout de même le dernier tiers du film, plus audacieux dans sa mise en scène (les couloirs, sublimes) et plus angoissant aussi. Mais globalement c’est une grosse déception.

1234

Catégories

Archives

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche