• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 9 octobre 2017

Archives pour 9 octobre, 2017

Week-end à Zuydcoote – Henri Verneuil – 1964

25. Week-end à Zuydcoote - Henri Verneuil - 1964Seuls (sur le sable).

   6.0   Intéressant de tomber là-dessus quelques jours après la découverte du Dunkerque, de Christopher Nolan, puisque le Verneuil lui aussi se déroule dans la poche dunkerquoise en pleine opération dynamo en mai/juin 1940. Et lui aussi est tourné directement sur les plages et la reconstitution est saisissante. On arrête pour la comparaison, quand Nolan jonglait avec les lieux et le temps, Verneuil reste sur cette plage et alentour, à hauteur de soldats français. Belmondo voudrait sortir de la poche et embarquer pour l’Angleterre, sans doute motivé par les affiches publicitaires « Passez-voir Zuydcoote le temps d’un week-end » placardées sur les vitrines des commerces évacués. Mais il n’y parviendra pas. Il fera le yoyo entre sa bande de copains, regroupés sur un dune à boire des cafés ou des whisky aux côtés d’une camionnette aménagée en bar, et le village un peu plus loin (Mais nous n’aurons aucune notion de la distance qu’il parcoure, comme s’il s’agissait de deux mondes distincts, comme si les dunes faisaient office de portail de téléportation) où il fera la rencontre d’une jeune française qui refuse de quitter la maison familiale malgré les récurrents bombardements qui la menacent. Verneuil alterne minutieusement ces instants d’attente, faits de petites camaraderies et de glissements doux, et ces rushs bombardiers qui se répètent à l’infini, toujours de la même manière, en jouant sur les hasards, la (mal)chance et constater qu’il n’y a plus vraiment de différence entre périr et s’en tirer. Probablement un peu trop formaté « divertissement » tant ses dialogues sont trop écrits, ses situations généralement téléphonées et son interprétation respire le jeu de stars – Qui font soldat autant que je fais curé. Mais bon film malgré tout.

Nikita – Luc Besson – 1990

21. Nikita - Luc Besson - 1990La fille inconnue.

   6.0   J’adorais ce film étant gamin, je ne l’avais pas vu depuis un bail. Evidemment Besson était déjà très subtil, son film est mal branlé, la plongée dans les services secrets fait un peu de la peine si on vient de mater Le bureau des légendes, mais ça passe car Besson s’en tape, ça se sent, lui il veut juste raconter ses petites histoires d’amour, souterraines ou affichées (Avec Tchéky Karyo d’abord, Jean-Hugues Anglade ensuite, puis Jean « Victor, nettoyeur » Reno, si si) et ça marche plutôt bien. Parillaud est excellente, dans un film de Besson – Ailleurs elle jouerait trop haut – et Anglade était vraiment un super acteur à l’époque. Et puis y a quelques scènes qui en jettent comme celle de la fenêtre murée. Bon ouai j’avoue j’aime toujours.


Catégories

Archives

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche