• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 19 novembre 2017

Archives pour 19 novembre, 2017

L’amant double – François Ozon – 2017

31. L'amant double - François Ozon - 2017Two much.

   3.5   Il y a une période durant laquelle j’allais voir les Ozon au cinéma, systématiquement. Ricky (2009), Le refuge (2010), Potiche (2010) et Dans la maison (2012). N’ayant aimé aucun de ces quatre films, j’avais abandonné l’idée d’aller voir Jeune & Jolie. A tort puisqu’en le rattrapant un an plus tard, le film m’avait autant impressionné qu’ému. Jamais Ozon ne m’avait semblé aussi subtil et introspectif. Dans un nouvel élan positif, j’allais voir Une nouvelle amie, qui sur un tout autre registre fonctionnait très bien, grâce en partie aux prestations d’Anais Demoustier et Romain Duris. J’ai volontairement raté Frantz (Franchement je le sentais pas bien) mais lors de mon rattrapage pour les Cesar, j’avais trouvé le film très réussi même s’il lui manquait un truc pour marquer durablement. Retrouver Marine Vacth au casting de L’amant double rendait confiant. Puis le film était sélectionné en compétition à Cannes. J’allais y aller mais la telle déferlante qu’il reçu sur le coin de la gueule m’en dissuada. Une fois de plus, je rattrape donc un Ozon quelques mois après sa sortie.

     Et je suis partagé comme jamais je ne l’avais été devant un film d’Ozon. A la fois je ne suis pas loin de crier à l’alerte NAVET tant le film est d’une vulgarité oppressante, de son fondu « Bunuel ou Hitchcock du pauvre, tu choisiras » introductif vulve/œil à son inexorable épilogue explicatif, ainsi que dans sa gestion étrange des ellipses, son obsession à mettre des miroirs dans chaque plan et la durée express de chacune de ses séquences, continuellement coincées entre réalité glaciale et cauchemars sulfureux. A la fois je suis intrigué par la tentative, tant on a l’impression qu’Ozon expérimente sans cesse un nouveau terrain de jeu, ici celui (trop) évident du trip De Palmien aux relents de Cronenberg. L’amant double fait en effet souvent écho à Passion autant qu’il convoque Faux semblants avec cette affaire de gémellité maléfique. Reste qu’il ressemble malheureusement bien plus au raté de De Palma qu’au chef d’œuvre de Cronenberg. C’est proche du ratage absolu mais il y a un truc, une ambiance, ne serait-ce que via la musique de Philippe Rombi qui pourrait être cousine pas si éloignée de celle de Mica Levi. Dans ses incursions semi horrifiques, le film trouve une dynamique, souvent grotesque dans sa façon de redistribuer les cartes toutes les cinq minutes, mais stimulante sitôt prise par le prisme du thriller érotique du dimanche soir.

Cute girl (Jiùshì liūliū de tā) – Hou Hsiao-Hsien – 1980

30. Cute girl - Jiùshì liūliū de tā - Hou Hsiao-Hsien - 1980     5.0   Mignon. Jusqu’à cette petite musique INSUPPORTABLE qui te reste en tête durant des heures après le film. On est ceci dit très loin du radicalisme dont fait part Hou depuis Les fleurs de Shanghai. Aussitôt vu aussitôt oublié.

Paddington – Paul King – 2014

26. Paddington - Paul King - 2014     5.5    Un film sans grandes surprises, mais mignon comme tout. L’image n’est pas dégueu, la mécanique est sobre et puis c’est souvent drôle. Et c’est vraiment pour toute la famille, un peu dans la veine Beethoven quoi. Mon fils a beaucoup aimé. Du coup on ira peut-être voir le 2 qui sort le mois prochain.


Catégories

Archives

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche