• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 16 décembre 2017

Archives pour 16 décembre, 2017

Detour – Christopher Smith – 2017

21. Detour - Christopher Smith - 2017Piégés.

   4.0   Vu Detour uniquement parce qu’il est réalisé par Christopher Smith, auteur de l’excellent Creep, le thriller horrifique dans les souterrains du métro londonien. Reste que Creep c’est 2005 et depuis, Smith a tenté d’autres incursions : La comédie horrifique avec Severance, l’horreur à la temporalité tarabiscotée avec Triangle, la fantasy horrifique avec Black Death. Vu aucun de ces trois films, malheureusement. Et Detour m’en donne qu’à moitié l’envie. Disons que l’objet, en tant que polar, est plutôt soigné, il y a des personnages intéressants, et plastiquement le film est plutôt réussi, la mise en scène énergique sans être épileptique. Mais ça reste un film de petit malin. Ou plutôt, c’est un film de petit prestidigitateur trop sûr de son coup. Comme tout tour, la magie agit en deux temps : Le truc qu’on ne capte pas et le faux que l’on va prendre pour du vrai – Séquence pivot sous split-screen, assez lourde – avant le basculement et la révélation surprise – Twist bien amené, mais j’avoue ne pas être très sensible à ce genre de prouesse, au cinéma tout du moins. Le problème c’est que j’ai l’impression que le film existe surtout pour cette prouesse de prestidigitateur. Au-delà il reste un polar bien troussé mais un peu lisse (violent mais pas trop, sensuel mais pas trop et plus vraiment horrifique, en fin de compte) et sans grande originalité, pire on a parfois l’impression qu’il ressuscite le genre de façon anachronique. Très dispensable, donc.

Mes trésors – Pascal Bourdiaux – 2017

22. Mes trésors - Pascal Bourdiaux - 2017Carole & Caroline.

   4.0   Pascal Bourdiaux qui était déjà responsable de Fiston, le truc avec Kev Adams et Frank Dusbosc, déterre Jean Reno pour en faire un voleur hors pair dans Mes trésors. Quelle drôle d’idée. Le scénar m’a un peu fait penser à celui d’un gros nanar (que j’adorais étant gosse) sorti durant les années 90 : Fire, Ice and Dynamite. Avec Roger Moore, qui jouait un entrepreneur surendetté qui feint d’être mort en espérant que l’événement sportif organisé en sa mémoire (Le Mégathon ! Véridique) soit gagné par ses gosses, qui ne le connaissent pas. Trois enfants (mais des adultes) très différents et qui sont apparemment loin d’être disposés à remporter quelconque épreuve sportive. Je n’en dis pas plus, tente de le voir franchement, dans un moment de désœuvrement, ça vaut son pesant – Il me semble toutefois que le film était généreux et soigné dans ses séquences sportives.

     Bref, Mes trésors, c’est l’histoire d’un vieux braqueur (Jean Reno, donc) laissé pour mort par son binôme (Demolon, toujours parfait) qui va reprendre du service surtout pour se venger, au moyen d’un coup impossible, astucieusement élaboré – Il est connu pour ça, il prévoit tout, pense à tout, seule l’impondérable trahison échappe à sa maitrise. Il lui faut donc trouver les codes permettant d’ouvrir la boite contenant le Stradivarius (L’objet du casse qui a fait de lui un mort) que son ex-binôme s’apprête à refourguer à une milliardaire. Problème, il lui faut une grande connaissance informatique (pour craquer le code) et de beaux yeux pour séduire Demolon, ce qui semble encore plus compromis. Dans son faux testament, il fait donc appel à ses deux filles, qui ne savaient pas qu’elles étaient sœurs, pour les convier dans son chalet paumé sur les hauteurs de Courchevel, unique bien qu’elles pensent hériter. Deux sœurs qui sont informaticienne et pickpocket de luxe. Tu vois l’idée.

     Bon, je ne reviens pas davantage sur l’histoire, c’est déjà bien suffisant. Je tenais juste à dire que le film est quand même moins mauvais que ce à quoi je m’attendais. D’une part car il ne faiblit jamais en rythme, d’autre part car son duo de frangines (incarnées par Reem Khrici qui jouait Carlotta dans OSS à Rio et Camille Chamoux, vu dans Les Gazelles) est délicieusement (non)assorti et offre une fraîcheur au film et de jolies séquences, pas toujours très fines, mais parfois rigolotes. Sans parler des deux/trois apparitions savoureuses de Bruno Sanches aka Liliane, de Catherine & Liliane. Le reste est cousu de fil blanc mais jamais désagréable. Finalement, comme pour Fiston, c’est nul mais ça se mate bien.


Catégories

Archives

décembre 2017
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche