• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 décembre 2017

Archives pour 20 décembre, 2017

La belle et la meute (Aala Kaf Ifrit) – Kaouther Ben Hania – 2017

la-belle-et-la-meute-kaouther-ben-hania-misogynie-a-part__500828_La nuit de la proie.

   7.0   Débarquant à poings nommés sur les écrans après les récents scandales outre atlantique que l’on sait, La belle et la meute, de la tunisienne Khaouter Ben Hania, est un film éprouvant, se déroulant le temps d’une nuit, entre une fête universitaire, les rues désertes d’un Tunis fantomatique, une clinique et un commissariat de police. Virtuosité qui rappelle un peu le Victoria, de Sébastien Schipper dans la mesure où neuf plans séquences, seulement, accompagneront ces neuf chapitres, qui forment moins un déroulé précis qu’une succession d’ellipses, parfois tonitruantes, permettant autant de souffler que de créer neuf espaces de temps bien différents. C’est à la fois une idée magnifique, quasi anti naturaliste, puisque d’un chapitre à l’autre, chaque fois quelque chose a changé, une information manque ou un comportement a évolué. Le revers de la médaille, mais qui participe à en faire une véritable épreuve pour les nerfs, une plongée sans concessions et parfois insoutenable, le film est trop appuyé, trop en surrégime pour que l’on accepte l’espace géographique dans lequel il nous convie. Dans Victoria, il y avait souvent des creux, des longueurs, et cela permettait de comprendre pleinement chaque mouvement, chaque déplacement, de saisir l’épuisement des personnages. Ici, le trop plein nous sort quelquefois du film. Malgré tout c’est puissant, un peu trop à charge à mon goût – Très peu de personnages masculins sont récupérables ou si oui, ils sont très maladroits, certains auraient mérité plus de neutralité – mais complètement dans ce qu’il dénonce. Une version cinématographique – Formellement t’as des trouées ahurissantes, ne serait-ce que dans le premier chapitre, très doux et très dansant – de hashtag balance ton porc (de flic) continuellement porté par son actrice principale.

Arsenal (Арсенал) – Alexandre Dovjenko – 1929

29. Arsenal - Арсенал - Alexandre Dovjenko - 1929L’usine de tout.

   6.0   Troisième volet de la trilogie ukrainienne de Dovjenko, Arsenal raconte la révolte des ouvriers d’une usine de Kiev pendant la guerre civile russe. Le film s’ouvre pourtant sur des images de guerre sidérantes. L’une d’elles, surtout, frappe par sa puissance d’abstraction malgré l’expressionnisme qui s’en dégage : Un soldat nous regarde, hilare, asphyxié par le gaz, la fatigue, la folie. Ensuite, le film plonge en plein cœur de la lutte communiste, il est parfois rêche mais ne perd jamais de sa lucidité. Ce qui frappe c’est de voir comment l’auteur relie les hommes et la terre : Point de naturalisme forcené, mais une volonté de filmer les mouvements, des corps et des éléments. Le sens de la composition des plans impressionne autant qu’il désarme : L’apparent didactisme se confronte à quelque chose de plus expérimental ici, de beaucoup plus lyrique là. Pas facile à apprivoiser mais fort.


Catégories

Archives

décembre 2017
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche