Un mot sur le palmarès des Oscar 2018.

oscar     Je n’ai pas regardé la cérémonie, because La Vie, mais aussi parce que cette année y avait pas La La Land. J’étais pas en mode groupie. Et puis franchement je voyais mal le sublime Phantom Thread remporter quoi que ce soit alors que pour une fois, Daniel Day Lewis et Paul Thomas Anderson méritent toutes les éloges possibles – Je reviendrai sur le film prochainement. Je me suis donc réveillé ce matin en accueillant la liste des vainqueurs.

     Ma première impression, outre le goût de vomi dans la bouche à la lecture du meilleur acteur, c’est de féliciter  Jean-Pierre Jeunet, qui réussit l’exploit inédit de remporter le Cesar et l’Oscar du meilleur réalisateur le même week-end, pour Au revoir là-haut et The shape of water. Très, très fort.

     Plus sérieusement, quel palmarès catastrophique hier soir. Le palmarès redouté, celui qui pèse quinze tonnes ! Sam Rockwell et Frances McDormand très lourds dans le non moins lourdingue Three Bilboards. Gary Oldman ridicule dans Les heures sombres. Et Allison Janney qui, autant que Margot Robbie, semble (pas vu le film, mais la bande annonce fait peur) hurler qu’elle veut un Oscar dans Moi, Tonya. Affreux…

     Pourtant je n’ai rien contre le film de Guillermo del Toro. Comme je n’avais rien contre Moonlight l’an passé. Mais je ne trouve pas qu’il brille par sa réalisation, assez lourde quand même. Y avait pourtant moyen de récompenser un cinéaste plus subtil – Un PTA au sommet de son art, par exemple. Et pareil en France, Hubert Charuel pour ne citer que lui.

     Non, The shape of water c’est pas mal. Le film a une vraie identité et une poésie naïve pas inintéressante. La blague sur Jeunet c’était facile mais voilà, je trouve que ce sont deux films qui se ressemblent, dans le filmage, drone ou à travers des bocaux, des embrasures, sans parler des filtres jaunes et verts ni de leur utilisation musicale.

     Deux satisfactions tout de même : Le doublé pour Coco, mais c’était archi prévisible. Et la récompense pour le scénario malin de Get Out alors qu’on le promettait au scénario grandiloquent, invraisemblable et ridicule de Three Bilboards.

     Concernant les récompenses techniques, ça se trompe rarement. Les impressionnants Dunkerque (Nolan) et Blade Runner 2049 (Villeneuve) raflent comme convenu/espéré la mise.

     J’essaie de revenir sur la cérémonie des Cesar dans le prochain billet…

0 commentaire à “Un mot sur le palmarès des Oscar 2018.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Catégories

Archives

mars 2018
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche