• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 8 mars 2018

Archives pour 8 mars, 2018

Les bourreaux meurent aussi (Hangmen Also Die!) – Fritz Lang – 1943

24. Les bourreaux meurent aussi - Hangmen Also Die! - Fritz Lang - 1943Le criminel évincé.

   4.5   Punaise, c’était laborieux. Bon, je suis pas très Lang de manière générale, ceci explique sans doute cela. Quand bien même, Les bourreaux meurent aussi me semble beaucoup moins intéressant qu’un M le maudit ou un House by the river, qui brillent, eux, par leur ambivalence – Si je les rapproche c’est dans leur façon de traiter l’ambiguïté du crime. Reste qu’on est en 43, c’est la guerre et Lang est moins dans une inspiration de mise en scène que dans la propagande antinazie. Son film est donc une ode à la solidarité collective et résistance tchécoslovaque avant tout. Difficile de critiquer l’idée, ce bien que cinématographiquement ce soit peu intéressant ou très maladroit. Car si le film est visuellement fort (Les jeux d’ombres et de lumières chers à Lang, on peut même y trouver un côté Secret derrière la porte avant l’heure, au détour de quelques plans) il est surtout écrasé par sa mécanique scénaristique, souvent lourde, pour ne pas dire grossière. Avec pareil sujet en fond, c’est un peu gênant de le voir jouer sur de tels éclats esthétiques. Et puis cet air complètement ahuri que trimballe l’actrice pendant tout le film, c’est pas possible.

Le bonhomme de neige (The Snowman) – Tomas Alfredson – 2017

The SnowmanUne soupe en hiver.

   4.0   Après Joe Wright voici un autre cinéaste à mon avis bien surestimé. Morse, son film de vampires, était prétentieux, La taupe, son film d’espionnage, imbuvable. Mais ces films furent archi encensés. The Snowman n’a peut-être pas enterré Tomas Alfredson mais on n’en est pas loin tant il fit un four critique et public auquel il ne devait pas s’attendre à en juger le projet (l’adaptation d’un roman norvégien très connu) et l’imposant casting international. Enfin dès l’instant que le film fut « refait » pendant le montage pour cause d’un manque d’images tournées en Norvège (Et franchement ça se voit, c’est chaud) j’imagine qu’il a senti que ça sentait le roussi. Le film n’est pas aussi honteux qu’on le dit mais il est clairement mal fichu, inachevé. On ne comprend rien de sa construction narrative. Ses climax sont bidons. Les dialogues sont à revoir. On dirait l’un de ces films de serial killer des années 90, nanar sans personnalité comme on en pondait à la pelle à Hollywood.


Catégories

Archives

mars 2018
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche