• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 16 avril 2018

Archives pour 16 avril, 2018

Beethoven – Brian Levant – 1992

02. Beethoven - Brian Levant - 1992Symphonie canine.

   5.5   Evidemment, si on observe la forme et le fond, c’est pas terrible, mais je garde une profonde affection pour ce petit divertissement familial canin. Je l’ai beaucoup regardé étant gosse, sans doute pour les bêtises du Saint-Bernard, aussi car la cohésion fraternelle de la famille Newton me touchait. Ryce, Emily et Ted. Je les aimais beaucoup. Ryce (Annie en VF, n’importe quoi) dans mon souvenir était super grande, en fait elle doit avoir douze ans. J’étais amoureux d’elle. Mais je m’identifiais au frêle Ted, je me souviens. Politiquement le film ne raconte pas grand-chose, si ce n’est que le mari voudrait que sa femme travaille à ses côtés tandis qu’elle préfère rester au foyer. Il est bougon et candide, elle est docile et lucide. Le film se déroule intégralement au sein de cette famille bourgeoise, idéale, banale, dans un grand pavillon avec un grand jardin. Du post-Reaganisme absolu, en somme. Mais le vrai sujet du film ce n’est pas l’irruption du chien dans la famille modèle (Bien que chacun des enfants aura malgré tout son moment de bravoure avec Beethoven, Ryce avec le beau-gosse du collège qui jusqu’ici la snobait, Ted avec la bande de garçons malveillants qui s’en prend continuellement à lui, Emily sauvée in-extremis d’une piscine) mais leur affrontement avec des investisseurs arrivistes et un vétérinaire véreux. Sacré méchant dans mon souvenir, celui-là. En fait il est un peu ridicule. Moins que ses acolytes, mais tout de même. Bref c’est du niveau Bébé part en vadrouille, hein, c’est vraiment le film pour les gamins – et je l’ai d’ailleurs revu avec le mien, sur qui ça a bien fonctionné – mais le film n’est pas désagréable formellement, et libère quelques belles trouées comme la confession enfantine du père à son chien qu’il emmène se faire piquer comme jadis son père avait dû le faire avec le sien, ou bien cet embryon de premier amour qui nait dans les yeux illuminés de la toute mimi Nicholle Tom. Il y a une vraie écriture, c’est pas juste un gros chien qui met le bordel dans une famille avec des gags grossiers à n’en plus finir. Pas étonnant d’y retrouver John Hugues au scénario du coup. Et c’est aussi dans la lignée de nombreuses autres et agréables productions Ivan Reitman. Bref, enfile le bon costume (6/8 ans) et tu verras ça passe encore bien.

A bigger splash – Luca Guadagnino – 2016

01. A bigger splash - Luca Guadagnino - 2016Ça tombe à l’eau.

   3.0   Il s’agit donc d’un remake plus ou moins fidèle de La Piscine, de Jacques Deray. On y retrouve un peu la trame, surtout le twist mais c’est à peu près tout. Et puis Tilda Swinton, Ralph Fiennes, Matthias Schoenearts et Dakota Johnson – qui me sont tous, hors films exceptionnels, complètement hermétiques – ne sont pas Romy Schneider, Maurice Ronet, Alain Delon et Jane Birkin. Loin s’en faut. Surtout, on ne retrouve rien de l’ambiance du film original, rien de sa moiteur, son trouble, ses silences pesants, la puissance de chaque échange de regards, ni de son érotisme à tendance SM qui sourdait parfois au détour d’une scène. Il n’y a même plus de huis clos. La piscine elle-même n’exerce plus aucun pouvoir sur les personnages qui gravitent autour. L’été ne vire plus imperceptiblement à l’automne. Tout est académique, sans vie, lourd, programmatique, chiant, quoi. Et puis entre les excès de jeu, l’antipathie de chaque personnage et les quelques curieux choix de réalisation, le film est quand même pénible dans son ensemble. Pas du tout retrouvé le raffinement, la subtilité, la lumière de Call me by your name, du même Luca Guadagnino. Pas loin de la purge pour moi.


Catégories

Archives

avril 2018
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche