• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 27 avril 2018

Archives pour 27 avril, 2018

Objectif 500 millions – Pierre Schoendoerffer – 1966

16. Objectif 500 millions - Pierre Schoendoerffer - 1966La section clandestine.

   6.5   Ça pourrait être la suite de La 317e section. Et ça l’est en un sens puisque les deux films se suivent. On a quitté la boue de la jungle laotienne pour la noirceur d’une ville fantomatique, difficilement identifiable, qu’on longera de salle de boxe en appartements miteux. Bruno Cremer campe un capitaine destitué de sa mission algérienne après avoir pris part au putsch de 1961, puis libéré, qui pourrait être un cousin de l’adjudant Willsdorf – qu’il incarnait dans le film précédent – moins bavard mais tout aussi intrépide. Et plus suicidaire encore. Après avoir vainement cherché du boulot, il est contacté par une mystérieuse jeune femme et un autre ancien militaire qui fut responsable de sa condamnation, afin de préparer le braquage d’un avion postal. Sans doute un peu rêche pour prétendre égaler les deux réussites du cinéaste que sont La 317e section et Le crabe-tambour mais c’est un beau film, dans lequel on retrouve très largement le style du réalisateur, minutieux et minimaliste dans ses actions et documenté au moyen de vidéos d’archives de la guerre d’Indochine (extraites de ses propres reportages) retransmises lors de nombreuses séquences télévisées puisque le film se déroule majoritairement en intérieur. Et lorsqu’il s’extraie de ses cadres et plonge dans un Lacanau Océan mortifère dans un final bien sombre et désabusé, c’est carrément du Melville.

Pépé le Moko – Julien Duvivier – 1937

23. Pépé le Moko - Julien Duvivier - 1937En sursis dans la Casbah.

   5.5   Une séquence finale peut-elle fait réévaluer un film à elle toute seule ? Devant celle de Pépé le Moko on est vraiment en droit de se poser la question, tant son exécution, aussi prévisible soit-elle (Si l’on connaît le pessimisme de Duvivier, on sait que Pépé ne rejoindra pas sa promise sur le paquebot, qu’il se fera arrêter par l’inspecteur Slimane in-extremis) redéfinit toute la teneur tragique du film et de ce personnage, caïd parisien réfugié – et coincé puisque les flics attendent son faux pas – dans un Alger (tout en ruelles indissociables) qui l’a dûment protégé mais qu’il peut enfin quitter, par l’issue romantique. Le personnage m’a globalement peu intéressé (comme tous les autres d’ailleurs, définis chacun sur un tic de langage ou un trait de caractère) mais là sur ce port, il se révèle. Et le film vaut surtout pour le respect mutuel qui s’exerce entre Pépé et Slimane, qui en un sens m’a rappelé celui de Heat, entre Neil McCauley et Vincent Hanna. Petit Duvivier pour ma part (alors que j’en attendais là un grand) mais tu sens que sur une séquence ou une idée, c’est un cinéaste qui peut tout faire basculer.


Catégories

Archives

avril 2018
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche