• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 28 janvier 2019

Archives pour 28 janvier, 2019

Volontaire – Hélène Fillières – 2018

13. Volontaire - Hélène Fillières - 2018À séductions égales.

   6.0   Des sœurs Fillières en 2018 je choisis ce film (plutôt que La belle et la belle) et sans hésiter. Et pourtant sur le papier (et au cours des premières minutes) ça fait peur puisqu’on s’attend à la fois au petit cahier des charges très français et à un tract pour la Marine Nationale. Écueils que le film n’évite pas entièrement et c’est aussi ce qui fait sa singularité : Il ne cherche ni à fustiger ni à embellir son cadre, mais s’en tient à son dispositif qui repose davantage sur ses personnages : Trouver de la sensualité dans la rigidité.  Certes Hélène Fillières n’est pas Claire Denis mais il n’est pas interdit de songer à Beau travail, devant Volontaire, dans sa façon de filmer les corps et les désirs, mais aussi de laisser planer silences et mystères, bref rendre compte d’une certaine suspension qui déjà casse son austérité de façade. Reste le pourquoi de ce cadre d’une base militaire ? Je pense que ça ressemble à un défi. Prendre le cadre le plus rigide qui soit et en faire un cadre de cinéma plus doux, un berceau de désirs malgré sa froideur apparente, un berceau d’attirances croisées (sans âge, sans sexe) malgré ses tensions hiérarchiques. Tout n’est pas réussi puisqu’il y a parfois des longueurs et des tics illustratifs (Ce mur à sauter sans élan, par exemple) mais l’ensemble est beau, mais parfois tout aussi troublant que beau, à l’image de ce final plutôt osé. Diane Rouxel et Lambert Wilson (Car le film repose beaucoup sur ce trouble que l’un fait naître à l’autre et vice-versa) sont parfaits.

Halloween – David Gordon Green – 2018

HalloweenRemballe ton couteau et ton masque, Michael.

   1.5   C’est honteux. A te faire regretter les nombreuses suites plus insipides les unes que les autres. On a ici le cas typique d’un type qui veut hurler à chaque plan qu’il a vu le chef d’œuvre de Carpenter et qui le saccage de ses sabots boueux. On voudrait lui hurler qu’il n’a rien compris au chef d’œuvre de Carpenter. Que sa suite d’Halloween ne vaut pas mieux que le prélude de The Thing, par Matthijs van Heijningen. Et encore, ce serait lui faire trop d’honneur que de les comparer. Franchement, ce mec n’aime pas Carpenter, c’est pas possible autrement. Pas une scène qui soit potable, c’est hallucinant, que des mauvais choix. Rarement vu un film aussi gênant du seul point de vue technique : Pas une image, un plan, un éclairage, une transition, un dialogue, un jeu d’acteur, un jump scare n’est à sauver. Tout est raté, je trouve ça hallucinant d’en avoir lu du bien ici ou là. Enfin au moins j’aurais bien rigolé : Je n’avais jamais vu autant de fins de séquences dégueulasses dans un film, c’est à chaque scène, tellement risible qu’on n’est pas loin de Scary movie. Tout est nul. Même Jamie Lee Curtis est nulle. C’est le film de la honte, l’hommage de la honte.


Catégories

Archives

janvier 2019
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche