• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 22 février 2019

Archives pour 22 février, 2019

Mes Pronos/Souhaits CESAR 2019

7796003543_isabelle-hupper-dans-violette-noziere     L’annonce des nommés (au césar du meilleur film, essentiellement) fut plus douloureuse encore que d’habitude. Je n’en revenais pas qu’on puisse à ce point passer à côté d’une année cinématographique hexagonale aussi riche, jeune, stimulante, la plus belle depuis longtemps. Que l’on puisse quasi snober Mektoub my love, le chef d’œuvre de Kechiche, pourtant régulièrement plébiscité à la salle Pleyel. Que l’on ose quasi snober, aussi, Plaire, aimer et courir vite, le plus beau Honoré haut la main, et récent vainqueur du prix Louis Delluc. Que l’on oublie des réussites majeures, aussi variées que High Life, Mes provinciales, Les garçons sauvages, L’île au trésor, Paul Sanchez est revenu, Sophia Antipolis, L’empire de la perfection, La nuit a dévoré le monde. Incroyable.

C’est pas le choix qui manquait, pourtant. Mais la sélection n’est pas désastreuse pour autant. Elle est même plutôt bonne au regard de certaines années antérieures, c’est dire la qualité du cinéma français cette année. Il y a de beaux films, donc. C’est un peu « ma deuxième liste » quoi. Maintenant, j’ose espérer que l’académie aura la lucidité de récompenser comme il se doit le superbe film de Xavier Legrand, Jusqu’à la garde, une claque rare, dont il est difficile de se remettre – Autant que la majorité des Oscars, et ça me fait chier de le penser because Netflix, iront je crois les doigts au somptueux Roma, d’Alfonso Cuaron.

Quoiqu’il en soit, il me semble que la compétition est très ouverte : En effet, je ne serais pas si surpris de voir un hold-up d’Audiard (qui déjà s’est imposé aux prix Lumières il y a quinze jours) ni de voir une victoire quasi logique de Gilles Lellouche, tant son film est aimé de tous ou presque. Reste à savoir si l’académie est prête à récompenser un western ou une comédie. A moins d’avoir une victoire surprise de Guy ou La douleur – et franchement dans les deux cas, je trouverais ça hyper audacieux de leur part – ça devrait se jouer entre ces trois films. Le scénario ira au Grand bain. La photo aux Frères Sisters. La réalisation à Xavier Legrand, à moins qu’on le sacre meilleur film auquel cas il faudra offrir cette statuette à un autre. A voir. Le reste est plus flou. Voici donc mes souhaits/pronostics :

Meilleur espoir féminin :

Pas vu Un amour impossible et L’homme fidèle. Mais ça ne changerait évidemment rien, mon cœur bat pour Ophélie Bau, dans MEKTOUB MY LOVE. Que le plus beau film de l’année récolte au moins quelque chose. Même s’il y a de fortes chances que ce soit Kenza Fortas et ce sera loin d’être volé tant elle est formidable dans le très beau Shéhérazade.

Meilleur espoir masculin :

Là aussi mon cœur bat pour Thomas Gloria, dans JUSQU’A LA GARDE, mais je pense que Dylan Robert pourrait être sacré. Car si Shéhérazade est si réussi c’est en grande partie grâce à son jeune couple vedette.

Meilleur acteur dans un second rôle :

Pas vu les Chatouilles. Philippe Katerine ça pourrait être une chouette idée. Mais pour moi c’est Denis Podalydès, hyper émouvant, dans PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE.

Meilleurs costumes :

Pas vu L’empereur de Paris. Si j’apprécie modérément ce film c’est en grande partie pour son côté grandiose et ses costumes en font partie, donc je choisi UN PEUPLE ET SON ROI.

Meilleurs décors :

Pas vu L’empereur de Paris. Sans hésiter, les décors de LA DOULEUR.

Meilleur long-métrage d’animation :

Pas vu Pachamama. Sans hésitation, je vote DILILI A PARIS.

Meilleure photo :

J’opterais bien pour La douleur. Mais ce sera LES FRERES SISTERS.

Meilleure adaptation :

Pas vu Les chatouilles et Un amour impossible. Qu’importe, bien adapter Duras c’est fort, donc LA DOULEUR.

Meilleur montage :

Pas vu Les chatouilles. Aucun doute pour moi, c’est JUSQU’A LA GARDE, qui brille entre autre par la puissance de son montage.

Meilleur son :

Un peu pareil que pour le montage, je ne vois pas comment il est possible de penser à un autre film qu’à JUSQU’A LA GARDE, tant la dimension sonore est aussi essentielle qu’ahurissante.

Meilleur court-métrage :

Trois courts d’une quinzaine de minutes. Et deux « courts » signés Cogitore dont un qui fait cinq minutes et l’autre cinquante. C’est absolument n’importe quoi. Bon de toute façon y a pas débat c’est BRAGUINO, point.

Meilleure actrice dans un second rôle :

Pas vu Les chatouilles. Rien qui saute aux yeux, là. Pour la forme, un double prix aux deux actrices du GRAND BAIN, Virginie Efira et Leila Beckti serait un beau choix.

Meilleur premier film :

Pas vu Les chatouilles. Sauvage c’est pas mal. L’amour flou c’est no way. Restent Jusqu’à la garde et Shéhérazade. Le premier mérite plus que le césar du meilleur premier film, d’autant que pour moi c’est déjà le second de Xavier Legrand, après le très beau moyen qu’était Avant que de tout perdre. Et puis je n’aime pas des masses l’idée qu’on puisse gagner sur les deux tableaux meilleur film / meilleur premier film, façon Les nuits fauves. Donc, SHEHERAZADE pour moi !

Meilleure musique originale :

Pas vu Pupille et Un amour impossible. Je ne sais pas si ça comprend les chansons, mais j’opte pour GUY.

Meilleur scénario :

Pas vu Pupille. Trois comédies sur cette récompense. Je n’aime pas beaucoup En liberté. Et Guy brille pour tellement d’autres trucs. C’est le Cesar idéal pour LE GRAND BAIN, celui-là.

Meilleur film étranger :

Pas vu Hannah, Girl, Cold War, Capharnaum. Pas vu grand-chose, donc. 3 billboards c’est à chier. Me restent alors deux merveilles : le film de Guillaume Senez et celui de Kore-Eda. Le premier j’ai du mal à penser que c’est un film étranger. Le second a déjà eu la palme d’or. Allez je la joue pronostic pur là-dessus : Ce sera UNE AFFAIRE DE FAMILLE.

Meilleur réalisation :

Pas vu Pupille. Mais je doute que Jeanne Herry et son chouette mais dispensable Elle l’adore ait vraiment sa place dans cette catégorie. Je me trompe probablement. En attendant, hyper impressionné par la réalisation d’Emmanuel Finkiel. LA DOULEUR, donc. Mais Audiard, Lutz ou Legrand ça me va aussi. Et ce sera probablement Legrand. Mais si c’est le cas, je vois Le grand bain pour la récompense suprême.

Meilleur acteur :

Je suis partagé entre trois. J’imagine que ça va se jouer entre Denis Ménochet et Alex Lutz, Mon cœur dit Romain Duris, pour son rôle bouleversant dans Nos batailles, mais aussi pour son excellente année. Mais je n’y crois pas. Je vote Alex Lutz, dans GUY. Il est tellement monstrueux.

Meilleure actrice :

Pas vu Pupille et Un amour impossible. Du coup ça me fait trois possibilités de moins. Léa Drucker ce serait tout à fait plausible et mérité. Mais il y a Mélanie Thierry, hallucinante, dans LA DOULEUR. Ça ne fait aucun doute.

Meilleur film :

Allez, JUSQU’A LA GARDE.

 

Ce qui donne un beau quatuor :

-          Jusqu’à la garde 4 César (film, son, montage, espoir masculin)

-          La douleur 4 César (Réalisation, actrice, adaptation, décors)

-          Guy 2 César (Acteur, Musique)

-          Le grand bain 2 César (Scénario, actrices dans un second rôle)


Catégories

Archives

février 2019
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche