• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 11 mars 2019

Archives pour 11 mars, 2019

Jurassic park III – Joe Johnston – 2001

24. Jurassic park III - Joe Johnston - 2001Isla Sorna, Spinosaurus et volière à ptéranodons.

   6.5   Je craignais que ce soit trop « un film de Spielberg pas réalisé par Spielberg » et je suis ravi de voir que c’est surtout un film de Joe Johnston tant on pense finalement moins au Monde perdu qu’à Chérie j’ai rétréci les gosses ou à Jumanji. Le garçon qu’on vient récupérer dans la jungle c’est très clairement Alan Parrish. Quant à la dimension comédie d’aventure on retrouve largement, dans son déroulement (les rebondissements, les personnages qui se séparent puis se retrouvent) le jardin des Szalinski. C’était déjà deux supers films de jungle, d’ailleurs, à leur manière, sauf que dans l’un il fallait rétrécir les personnages pour les y plonger tandis que dans l’autre il fallait faire venir la jungle à la ville, en jetant des dés. Il y a chez Joe Johnston une fascination pour le grand méchant, qu’il n’a pas perdue ici non plus. Il y avait le scorpion dans Chérie j’ai rétréci les gosses. Il y avait le chasseur Van Pelt dans Jumanji. Ici, le grand méchant c’est un dinosaure, forcément. Et là tenez-vous bien : Joe Johnston a les cojones d’en faire un méchant tel, qu’il butera l’emblème de celui de Spielberg, le tyrannosaure. Il s’agit donc du Spinausaure. Et c’est pas l’Indominuis rex et autres conneries qu’on a inventé ensuite, non c’est un vrai dinosaure, crocodilien, de la stature du T.rex, de force similaire. C’est juste qu’il affronte le T.rex et lui tord le cou, brutalement. C’est génial. J’imagine Spielberg en train d’écarquiller les yeux quand Johnston lui pond cette idée. Bref, il imprime sa patte. Et il l’imprime aussi sur les effets spéciaux, qui sont plus rudimentaires, mais qui font partie de la fabrication Johnston, qui fait davantage héritier de Jack Arnold qu’artisan du numérique. D’ailleurs le film s’ouvre sur une scène en clin d’œil direct à l’ouverture de L’homme qui rétrécit, avec ce bateau qui traverse la brume. Et surtout et bien que ce ne soit pas ce qui soit de plus réussi ici – car sans doute Johnston s’est vachement plus amusé avec les dinosaures – c’est une comédie de remariage voire de la screwball comedy. Soit déjà ce qu’étaient Chérie j’ai rétréci les gosses et Jumanji, chacun dans leurs styles. Ce qui m’amène à croire que le final, dans les eaux, est un hommage hénaurme à African queen, de John Huston. Je m’emballe sans doute hein, mais j’adore ce mec. Peut-être même plus que le Spielberg du Monde perdu, tant sur le simple terrain de jeu d’aventure pour toute la famille,  pour le dire grossièrement, il me semble infiniment plus généreux, même si l’écriture, la production et le tournage de ce film restent on ne peut plus chaotique. Certes. Je n’attendais tout de même pas qu’il s’impose autant sur un Jurassic park, troisième du nom. C’est donc une (très) bonne surprise. Pour moi, en tout cas. Mon fils, lui, ne cesse de me répéter « Le 3 il est nul, papa » : Il ne s’est pas remis qu’on lui tue son tyrannosaure d’amour.


Catégories

Archives

mars 2019
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche