• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 5 avril 2019

Archives pour 5 avril, 2019

Paris est à nous – Elisabeth Vogler – 2019

13. Paris est à nous - Elisabeth Vogler - 2019Et tout s’effondre.

   3.0   Paris est à nous ambitionne de filmer la rencontre et le déchirement d’un couple au sein d’un Paris réfugié dans les manifestations, la peur et la sécurité policière, bref un Paris sur lequel planent les évènements de ces trois dernières années, d’autant que c’est exactement son temps de tournage, trois ans d’images collectées ci et là. Mais c’est un ramassis de plans serrés qui tournent autour de ses personnages, le tout accompagné par instants d’une voix off poétique, dans une succession de décors changeants – On hésite d’ailleurs pas dans l’utilisation du jump cut, c’est usant – au moyen de plans impossibles, retournés, sur des arbres, des lumières, des silhouettes, des plans toujours en mouvement pour que ça fasse à la fois très intime et panthéiste, à la manière de To the wonder ou Knight of cups, de Terrence Malick. Pas le meilleur Malick, en somme. D’autant qu’on est dix étages en-dessous. Surtout, le film est tourné en trois ans et ça se voit : Le montage est catastrophique, c’est à peine regardable. Si j’étais de mauvaise foi, j’irais même jusqu’à dire que son financement participatif bien qu’il soit inédit dans la production hexagonal, se ressent. C’est une fausse bonne idée. Un éléphant qui accouche d’une souris. Un film qui promet sans cesse d’être une montagne mais qui ne décollera pas du niveau de la mer. Cependant, quand il filme la foule parisienne, il se passe quelque chose, de l’ordre d’une vibration du réel qui s’invite dans la fiction, de la pulsation mélancolique dans l’ennui abyssal. Mais on comprend vite que ce n’est que pose, grandiloquence et boursouflure. Ça voudrait être un héritier à la fois de Carax et Noé, singer Malick, insérer du Lynch et être le film qui prend le pouls du présent. Mais c’est très raté.

Docteur Strange (Doctor Strange) – Scott Derrickson – 2016

04. Docteur Strange - Doctor Strange - Scott Derrickson - 2016Pas si strange.

   3.5   Où je me rends compte à quel point je suis de plus en plus las de ces trucs. Je m’y ennuie au bout de cinq minutes. Et pourtant, au rayon Marvelleries, Docteur Strange a tout, sur le papier, pour entrer dans le (médiocre) haut du panier, le problème c’est qu’à l’image, dans l’exécution donc, c’est une fois de plus consternant de banalité, avec ses petites blagues bien placées, son casting exubérant mais sans relief, son déroulement sur expliqué afin de ne pas perdre l’ado plus lent que les autres, les jolies grimaces de Cumberbatch post Sherlock, le gimmick de la cape, personnage à part entière. Visuellement c’est pas mal, ceci dit, il y a une identité qu’on ne retrouve pas dans les autres Marvel qui se ressemblent quasi tous, graphiquement. Même si tout le côté distorsion spatiale avec le méchant fasse office d’Inception du pauvre et souvent mal à la tête. Le film n’est pourtant pas enseveli sous des montagnes d’explosions / destructions, comme on en a l’habitude avec le MCU, c’est plutôt agréable. Mais bon, au bout d’un (court) moment, fallait que je fasse autre chose en même temps. La « magie » ne prend jamais de mon côté, c’est probablement que ce n’est pas suffisamment différent du reste de l’univers Marvel, j’imagine.


Catégories

Archives

avril 2019
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche