Archives pour avril 2019



Le mort en fuite – André Berthomieu – 1936

07. Le mort en fuite - André Berthomieu - 1936Le jeu de l’assassin.

   5.0   Le film s’ouvre dans une ambiance bon enfant, puisque Jules Berry et Michel Simon sont Hector et Achille, deux comédiens de seconde zone, qui fomentent une histoire de meurtre afin d’attirer les projecteurs sur eux. Achille serait l’assassin qui attirerait la police vers lui tout en niant les faits. Hector serait la victime qui disparaît et réapparaît au moment du procès, leur affublant la notoriété d’une erreur judiciaire. Evidemment ça ne va pas du tout se passer ainsi. C’est d’abord très drôle de voir Michel Simon échouer dans sa mission, incapable de jouer ce rôle que son ami a imaginé pour lui autant qu’il était incapable de jouer celui que le metteur en scène lui avait au départ attribué sur les planches. Pendant ce temps, Hector est en Belgique et envoie des lettres de menace à son copain en espérant chaque lendemain avoir des nouvelles de sa mort dans les journaux. En vain. Le film, durant cette première partie, est plutôt attendrissant mais très plan-plan, tout repose sur le jeu décalé, trop proche de Boudu ou du Père Jules, en un sens, de Michel Simon. Mais un moment  donné, tout s’accélère. Et le film dont on attendait la petite pirouette, vire au récit cauchemardesque avec un Hector enlevé par la police polonaise qui le confond avec général révolutionnaire russe tandis qu’Achille est bientôt condamné à mort. Ok le film va bien se terminer, mais il faut voir comment il parvient à générer une angoisse et un crescendo hyper efficace alors qu’il était si programmatique au départ. Rien que pour ça, c’est à voir.

Santiago, Italia – Nanni Moretti – 2019

11. Santiago, Italia - Nanni Moretti - 2019Journal d’un spectateur.

   7.5   Le dernier Moretti retrace, au moyen de vidéos d’archives et de témoignages variés (militants, réalisateurs, ouvriers etc…) l’avant et l’après 11 septembre 1973, c’est-à-dire l’euphorie de l’arrivée au pouvoir de Salvador Allende, la journée de putsch, les exactions (assassinats, séquestration et tortures) qui ont suivies, notamment à l’intérieur du stade national improvisé prison, puis le repli dans l’ambassade d’Italie et l’exil vers Rome. Difficile de parler du film sans y intégrer la figure de Moretti dans le récit, le plan, le projet, d’autant qu’il vient de là, Moretti, du documentaire, à la base. Moretti a vingt ans en 1973 et il réalise son premier court métrage. Revenir 45 ans plus tard sur ces évènements – qui ont une place importante dans l’histoire italienne, ce que personnellement j’ignorais – lui permet de raconter l’Italie par le Chili, l’Italie par les chiliens issus de la démocratie d’Allende qui ont fui la dictature de Pinochet, et sont pour la plupart, resté en Italie. Donc de dire qu’on pourra toujours être fier de l’Italie dans son impact sur cet évènement-là. Le film se fermera par ailleurs sur le témoignage d’un homme issu de cet exil, se désolant de constater que l’Italie d’aujourd’hui ressemble au Chili d’après 73. Il est la voix de Moretti, c’est évident. Moretti, lui, n’apparait quasiment pas dans son film. Il l’ouvre, de dos, surplombant Santiago dans un plan qui n’a strictement rien à voir avec ceux qui suivront. Et sa voix se fera entendre ici et là, pour offrir par exemple le mot qu’un témoignant ne parvient pas à trouver, poser une petite question (« Pourquoi êtes-vous ému ? » demande-t-il à cet homme, bouleversé par le souvenir d’une belle action d’un cardinal, lui qui n’est pas religieux du tout). On pourra aussi distinguer sa silhouette ou son visage, dans certains reflets, mais c’est tout. Il offre toutefois une apparition, une seule, dans le même plan qu’un bourreau – Il y aura deux entretiens avec des bourreaux dans Santiago, Italia : Un général et un milicien condamné – qui demande de l’impartialité, du pardon. Evidemment, c’est pas Moretti qui lui offrira. Bref, c’est un film puissant, aux images d’époque parfois très crues et violentes, aux entretiens très doux, posés, et à l’évocation hyper émouvante d’abord de l’état d’urgence provoqué par le coup d’Etat, mais aussi de ce mur qu’il fallait franchir, en évitant la junte militaire, pour se réfugier dans cette ambassade et bien entendu de cet accueil providentiel, comme le firent aussi, mais souvent moins longtemps, d’autres ambassades européennes.

12345

Catégories

Archives

avril 2019
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche