• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 23 juillet 2019

Archives pour 23 juillet, 2019

Captain America, Le soldat de l’hiver (Captain America, The winter soldier) – Joe & Anthony Russo – 2014

34. Captain America, Le soldat de l'hiver - Captain America, The winter soldier - Joe & Anthony Russo - 2014Bucky, bras d’acier.

   6.5   Je ne m’attendais pas à ce gigantesque clin d’œil à GoldenEye. Les frères Russo doivent avoir un profond attachement pour ce dix-septième épisode de James Bond, c’est pas possible autrement – Et ça me va puisque c’est celui avec lequel j’ai grandi, autant dire que c’est un peu mon préféré (avec L’espion qui m’aimait) voilà pourquoi la référence me semble évidente. Déjà, il s’agit d’une retrouvaille entre de vieux amis, aussi anciens collègues de travail, qui vont devoir s’affronter, puisque l’un d’eux est passé du côté obscur on va dire. C’était Alec (Sean Bean, qui meurt, comme d’habitude) qui affrontait James (Pierce Brosnan, que j’ai toujours trouvé parfait pour ce rôle, mais passons, ce n’est pas le sujet) c’est ici Steve qui recroise Bucky. Tous deux – James & Steve – ont en commun qu’ils pensaient leur ami mort. Mais surtout, là où le film rejoue clairement une séquence, en écho au final du film de Martin Campbell : L’action se déroule sur les passerelles d’un bâtiment (La tour du Triskel abritant le SHIELD / L’antenne radio télescopique de la base de Janus) qui s’effondre. L’espace d’un instant j’ai pensé qu’ils iraient jusqu’au bout, que Bucky, sur le point de tomber, dirait « Pour l’Amérique, Steve ? » et que Rogers lui répondrait « Non, pour moi » mais ils ne sont pas allés jusque-là, heureusement. Ils ont fait mieux, la fin de la scène est très belle et scelle le retour du vrai Bucky. C’est un épisode qui par ailleurs, soigne bien ses scènes d’action. On sent qu’il a tout plein de modèles, de Heat à Mission impossible, de GoldenEye à The dark night. Qu’elles se déroulent à l’horizontal – la poursuite centrale est vraiment puissante – ou à la verticale – Revoir la scène magistrale de l’ascenseur en sortant d’Endgame, ça fait son petit effet il faut bien le reconnaître – on en sort chaque fois un peu lessivé et admiratif. Et on comprend, avec ce film, pourquoi les Russo ont réalisé tant d’épisodes ensuite : Il y a quelques chose de très grandiose mais aussi de très ramassé dans leur façon d’aborder le récit, la scène. On sent que tout est parfaitement à sa place, c’est vraiment impressionnant. Je suis certain qu’ils pourraient faire un excellent James Bond. Comment je retombe sur mes pattes, là, c’est beau.


Catégories

Archives

juillet 2019
L Ma Me J V S D
« juin   août »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche