• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 30 juillet 2019

Archives pour 30 juillet, 2019

Douleur et gloire (Dolor y gloria) – Pedro Almodóvar – 2019

10. Douleur et gloire - Dolor y gloria - Pedro Almodóvar - 2019Aux origines du désir.

   6.5   Si Julieta, son précédent film, m’avait attrapé très vite, il m’a fallu du temps pour entrer dans le dernier film de Pedro Almodovar et l’apprécier presque pleinement. Un temps considérable, puisque c’est le mitan qui m’a interpellé, puis cueilli. Tout s’est joué lorsque Alberto, l’acteur récite la lettre de Salvador, le cinéaste face au public. Ce qui se joue entre eux auparavant, la retrouvaille et la drogue, ne m’intéressait pas beaucoup. C’est une scène très bizarre, ce moment pivot, car à la fois je l’ai trouvée très laide, esthétiquement, mais ce qu’elle renferme et la passerelle qu’elle crée soudainement, m’a ému. Il me semble qu’à cet instant précis, le film ne m’a plus lâché. L’ennui poli éprouvé une heure durant – Je crois d’ailleurs m’être assoupi un moment donné, j’ai un jump cut pas très clair en tête – s’est transformé en émotion douce et continue. L’impression d’exhibitionnisme embarrassant et lourd en confession discrète et touchante. Sans doute parce que cette scène déclenche ce qui suit, la plus belle du film à mes yeux, une autre retrouvaille, celle entre Salvador et Federico. L’aspect romanesque me semblait d’abord artificiel, un peu prétexte à voir plus loin que la simple complainte d’un sexagénaire sur ses douleurs – la séquence animé, franchement pas terrible : ça manquait d’effusion pour moi, car si Pedro balance ses maux de façon si impudique j’aurais aimé que cette impudeur génère un flux émotionnel. Mais au basculement, ce romanesque devient le cœur du film. Les deux époques se répondent. Les glissements sont par ailleurs très fins, très réussis. Mais comme l’époque de Sabor (Donc la relation entre Salvador et Federico) demeure hors champ, c’est l’origine du désir qu’on va convoquer, c’est lui qui va se saisir de la place centrale, avec cette grotte/maison et ce garçon qui fait les travaux de maçonnerie chez Salvador, qui lui, en échange, lui offrait des cours d’écriture. A noter cette scène magnifique et fondamentale, quand Salvador petit est foudroyé par la beauté nue de l’éphèbe se lavant sous ses yeux. Almodovar reprend un peu de l’évanouissement qui saisissait le hadj, dans Un été à la goulette, de Férid Boughedir. C’est une scène-éclair quasi aussi forte que l’ellipse bouleversante sur laquelle se construisait Julieta. Ensuite, il y a le final en plusieurs couches, puissant. Il y a d’abord le dessin retrouvé. Puis le souvenir d’une retrouvaille avec la maman. Mais Pedro prépare l’une de ses plus belles dernières scènes, qui va donner un sens à toutes les images du passé qu’on vient de voir. Le souvenir entre dans le processus créatif. Le film semblait jusqu’ici un peu trop désespéré et recroquevillé si bien qu’on aurait pu l’intituler « Qu’en est-il de la déprime de Papy Pedro ? » mais au contraire, ce final marque moins d’appesantissement qu’un espoir de retrouver le désir de créer, moins d’enlisement dans les douleurs du passé que de réconciliation avec soi, afin d’ouvrir une nouvelle page. C’est très touchant.

Requiem – Alain Tanner – 1998

02. Requiem - Alain Tanner - 1998Paul en juillet.

   8.0   Paul, écrivain, débarque à Lisbonne et attend quelqu’un sur les quais du Tage. Il a rendez-vous à douze heures dit-il. Le marchand de journaux, auquel il achète La Bola, lui dira que peut-être il a mal compris, que son rendez-vous se tient à minuit et non à midi.

     Cette rencontre manquée marque le début d’une longue errance dans un Lisbonne fantomatique, « le dimanche le plus chaud de l’année » ou notre homme arpentera cette ville dans laquelle jadis il a vécu, et y fera tout un tas de rencontres : Un jeune drogué à qui il offrira un peu d’argent pour sa dose ; un taxi qui lui trouve un endroit où il pourra s’acheter une chemise propre ; Un vendeur de billets de loterie qui lui parle du Livre de l’intranquillité ; Une patronne de pension qui lui offre un toit pour se reposer ; Le gardien de l’Alentejo qui l’invite à faire une partie de billard et lui offre un vieux Porto s’il est capable de réussir un coup impossible.

     Un peu plus tôt il croise un vieil ami avec qui il discute de la recette du sarrabulho mais aussi de la femme qu’ils ont tous deux aimée et qui aurait mis fin à ce jour après s’être fait avorter. Car ce voyage guidé mène surtout Paul vers des fantômes. Revoir son meilleur ami, donc, mort d’un herpès. Tomber en 1931 et y croiser son père en marin, rattrapé plus tard par le cancer. Revoir aussi sa compagne qui s’est suicidé. Pour la revoir et se permettre de danser une dernière fois avec elle, il lui fallait faire un pari mental. Quoi de plus logique, dans cette journée suspendue entre le rêve et la réalité, que de miser sur une hallucination ? D’autant qu’à ce point de parcours, cette apparition, nous, spectateurs, la rêvons autant que lui.

     Mais croiser le passé invite aussi quelque chose de plus physique : On traverse des ruines, on arpente des vieilles ruelles, des palais anciens. Le passé, l’Histoire. A la toute fin, notre homme croise enfin celui qu’il venait voir. C’est le fantôme du poète Fernando Pessoa. Mais ça pourrait tout aussi bien être Antonio Tabucchi, passeur de l’œuvre de Pessoa et auteur de Requiem, dont le film de Tanner est l’adaptation libre.

     C’est un film sur la mort, mais c’est paradoxalement un film très doux. Un film de fantômes dans la lumière. Un film qui crie l’amour pour Lisbonne et Pessoa. C’est très beau.


Catégories

Archives

juillet 2019
L Ma Me J V S D
« juin   août »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche