• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 4 décembre 2019

Archives pour 4 décembre, 2019

Charmants garçons – Henri Decoin – 1957

30. Charmants garçons - Henri Decoin - 1957Cabaret poussière.

   4.5   Si l’on en croit la voix off volontairement solennelle et ironique, Charmants garçons ferait le portrait d’une danseuse de cabaret doublé de celui des figures masculines des Trente Glorieuses, qui se ressemblent toutes ou presque. C’est un film grassement cynique, une comédie qui confond la légèreté et la paresse. Une sorte de vaudeville théâtral aux gags éculés, aux chassés croisés lourdingues, aux personnages grossièrement dessinés et à la voix off insupportable, qu’elle provienne du narrateur omniscient ou de l’un des personnages. Quant aux chorégraphies (il y a deux chansons, signées Guy Béart) elles font peine à voir, si toutefois on était amené à les comparer au modèle américain. Et en somme cela ajoute au cynisme ambiant : Henri Decoin ne doit pas aimer le genre de la comédie musicale pour le ridiculiser de la sorte, par deux fois. Néanmoins on se prend parfois au jeu, dans un élan de clémence troublant. Sans doute parce qu’il y a du rythme, aussi maladroit fusse-t-il et un chouette boulot au niveau des décors, de belles couleurs notamment, même si tout cela est beaucoup trop platement filmé. J’ai surtout été perturbé par François Perier (qu’on a l’habitude de voir chez Melville, notamment où il y est plus subtil, plus grave) avec son jeu et ses mimiques emphatiques qui, révélation, semble avoir inspiré Christian Clavier – Tu feras gaffe, c’est flagrant. Quant à Zizi Jeanmaire, elle a tout du charisme post-Arletty, dans sa voix comme ses grimaces. Globalement l’interprétation est en roue libre, d’ailleurs, mais Daniel Gélin, en gentleman cambrioleur, est celui qui titre sa meilleure épingle (celui qui est le moins dans l’exagération) d’un jeu, d’un film qui  a beaucoup trop pris la poussière.

Portrait de femme (The portrait of a lady) – Jane Campion – 1996

The Portrait Of A Lady - 1996Neurasthenic star.

   3.0   Sauf exceptions relatives – car j’apprécie Un ange à ma table et Top of the lake – je m’ennuie ferme devant les films de Jane Campion. Portrait de femme n’y échappe pas, j’ai même durablement bataillé pour tenir jusqu’au bout. Si ce n’est au détour de quelques jolies séquences (notamment son introduction) oppressantes dans leur faculté d’enfermer les personnages, de l’imposant sujet et son vaste programme féministe, je ne vois vraiment pas l’intérêt formel de cette adaptation d’Henry James, lourdingue, désuète et interminable.


Catégories

Archives

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche