Archives pour la catégorie Alex Lutz

Guy – Alex Lutz – 2018

22. Guy - Alex Lutz - 2018« Prend le galop, mon garçon »

   8.0   Film absolument génial, que j’avais pourtant snobé à sa sortie. Je ne le sentais vraiment pas, sans doute à cause d’Alex Lutz, le gars qui joue Catherine dans le duo Catherine & Liliane, mais aussi celui qui joue Heinrich Von Zimmel dans OSS 117, Rio ne répond plus. J’imaginais déjà un film cynique, un film avec une idée forte, une idée de sketch, mais qui ne tiendrait pas sur un format long métrage. Et pourtant c’est fascinant à tout point de vue. Déjà, mea culpa, Alex Lutz est incroyable. Filez-lui un Cesar. Enfin si vous le filez pas à Romain Duris, quoi. Guy est donc un faux reportage sur un faux chanteur. Ce sont les images d’un garçon, Gauthier, qui vient interviewer une star, mais surtout un père (puisque sa mère lui a appris qu’il serait son fils illégitime) mais c’est comme si on en voyait le produit fini, avec des images d’archives, des clips insérés. Bref, un documentaire complet, sur une star. Et ce faux chanteur de variétés, Guy Jamet, joué par un Lutz ridé, est une somme, physique ou non, de plein de chanteurs connus, de Charles Aznavour à Herbert Léonard, de Jacques Dutronc à Michel Sardou. Le film est à l’image de ces chansons, ces tubes que l’on voient de temps à autres : On a l’impression que ce sont des vrais tubes des années 70 ou 80. Donc on a l’impression que tout est vrai, tout le temps, au point de parfois oublié que c’est faux, que ce chanteur est créé de toute pièce, que Lutz n’a que quarante ans, en vrai. Et le film a cette double élégance, d’abord de la tendresse pour cet héritage, pour la variété française de manière générale, qu’il observe, moque et embelli, avec beaucoup de subtilité et d’amour. Ensuite de filmer la beauté de cette rencontre, avec celui, invisible (mais dont on entend parfois la voix) qui filme, l’écoute et lui cache ce qu’il nous dit d’emblée, à savoir qu’il est son fils. Cette relation est sans doute ce que le film réussit de plus beau et subtil, avec cette distance préalable (surtout face à cet humour omniprésent, envahissant) et cette complicité naissante. C’est un film bouleversant, sur les rapports père/fils, la famille et la vieillesse, en fin de compte. Et c’est aussi super drôle en permanence. Bref, c’est une merveille.


Catégories

Archives

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche