Archives pour la catégorie Alice Rohrwacher

Le pupille – Alice Rohrwacher – 2022

05. Le pupille - Alice Rohrwacher - 2022Le petit pensionnat.

   5.0   Si l’on s’en tient à son intention, le dernier film d’Alice Rohrwacher, produit par Disney, suivrait les péripéties de petites filles rebelles à l’intérieur d’un pensionnat catholique à l’approche de Noël pendant une période de guerre imaginaire. Mais nous ne verrons pas grand-chose, ni de ces péripéties en question ni de ce décor qui peut renvoyer à celui de la seconde guerre mondiale. Le film, inspiré d’une lettre, réussit à échapper à son scénario, en somme, ce qui déjà impressionnait dans le très beau Lazzaro felice mais ne captive pas pour autant tant il manque de corps, de scènes, d’un enjeu fulgurant. Qu’elles soient orphelines ou religieuses, les personnages peinent à exister au-delà du geste, un peu à l’image de Valeria Bruni Tedeshi, la femme au gâteau aux soixante-dix œufs, qui traverse le décor sans qu’on y croie. Le pupille ne manque toutefois pas de charme : Il se passe quelque chose dans son générique d’ouverture, dans le choix des cadres, dans les transitions animées, dans cette façon qu’ont les enfants de chanter le récit puis dans la destinée du gâteau. Ça reste relativement dispensable. Mieux vaut revoir Lazzaro. Ça me rappelle toutefois qu’il faut que je voie Les merveilles, d’Alice Rohrwacher, je l’ai sous le coude.

Heureux comme Lazzaro (Lazzaro felice) – Alice Rohrwacher – 2018

27. Heureux comme Lazzaro - Lazzaro felice - Alice Rohrwacher - 2018Les ailes de la bonté.

   7.0   Très beau film, qui évoque beaucoup Pasolini et Reygadas, pour sa magie autant que pour sa peinture d’un lieu, d’une communauté en marge du monde. Il me manque sans doute un peu d’émotion, comme c’était le cas aussi avec Trois visages, de Jafar Panahi : Ce sont à mes yeux les deux propositions les plus audacieuses vues cette année. Et dans le même temps, leur effet se dissipe à mesure qu’ils s’installent. Dans Lazzaro Felice, la cassure centrale arrive au bon moment, justement quand je commence à lâcher prise ; et le final dans la banque aussi. Je pense que ça tient moins à Lazzaro, ce personnage qui encaisse la méchanceté, la douleur, la tristesse du monde – encore que ça relève un peu trop du personnage conceptuel à mon avis, qu’on a tiré d’un tableau, le Pierrot d’Antoine Watteau, pour le faire errer dans l’Inviolata puis dans la ville – qu’aux autres personnages du récit, qu’Alice Rohrwacher ne filme pas avec la même (com)passion qu’elle peut filmer les lieux ou Lazzaro. En un sens, la première partie m’évoque trop Kusturica quand la seconde fait trop de Scola. Malgré tout, j’ai trouvé ça puissant car le film a cette intelligence de jouer avec les temporalités, la magie de l’ellipse, la magie tout court, en faisant à la fois un conte poétique et un manifeste politique. Ne serait-ce que dans sa façon de nous plonger dans ce récit et une métairie qui semble tirée du XIXe siècle (où une marquise règne et asservit toute une communauté de paysans) avant que l’on comprenne par touches qu’il est d’aujourd’hui (La police viendra mettre un terme à ce servage moderne) ou presque : Une vingtaine d’années sépare les deux parties, une ellipse sidérante, miraculeuse, qui nous extirpe de la campagne pour nous plonger dans le cœur de la ville. C’est très déstabilisant mais d’une audace infinie.


Catégories

Archives

février 2023
L Ma Me J V S D
« jan    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche