Archives pour la catégorie Amat Escalante

Heli – Amat Escalante – 2014

16. Heli - Amat Escalante - 2014Batalla en la arena.

   6.0   Depuis ma découverte poliment endolorie de La région sauvage en salle, je n’attendais plus rien de ce jeune mexicain, cinéaste de l’épate qui grignotait alors et à mon avis à tous les râteliers pour devenir l’emblème d’un certain cinéma de la provocation, tant ça faisait office de film-somme bien lourd, mélange de cinéma social, familial, horrifique, fantastique, urbain, forestier, brumeux, silencieux, très découpé, très froid. Une sorte de crossover d’inspirations disparates se révélant indigeste. C’est en tout cas le souvenir, pas hyper agréable, qu’il m’a laissé.

     La surprise est donc d’autant plus forte qu’Heli, malgré sa semi-consécration à Cannes où il récolta le prix de la mise en scène, s’est vu trainé dans la boue par une bonne partie de la presse fustigeant sa complaisance pour la violence. Et c’est vrai, Heli est plus direct, plus brutal. Il ne fait pas de détour. Il perd en mystère et en éventuelle force poétique – Je reconnais qu’il y avait une intensité étonnante via la présence monstrueuse dans La région sauvage – ce qu’il gagne en approche du réel, puisqu’il ne perd jamais de vue cette drôle de famille, aussi bien son modeste quotidien que sa traversée soudaine de l’enfer, partant d’une sombre et involontaire affaire de drogue, qui enchaine le siège, l’exécution et l’enlèvement puis vire à la séquestration et à la torture.

     Le film est globalement archi violent, mieux vaut être prévenu. Il s’ouvre sur un amas de corps – qui occupe tout le cadre – dans le coffre d’une voiture avant d’en sortir un homme qui sera pendu du haut d’un pont. En offrant ce « flash forward » le film ne triche pas, en un sens, il annonce la couleur : Il ne faudra pas oublier que malgré la douceur un brin léthargique de ce portrait familial et romantique, la violence fera irruption. Violemment. On pense forcément à Kinatay. La construction n’est certes pas du tout du même ordre, Heli jouant davantage de l’ellipse et moins du temps réel ni de la stylisation musicale, l’idée du voyage en enfer et du retour à la normale non plus, mais on retrouve un peu de cette intensité de l’horreur qui s’invite dans le réel, et du prix qu’il faut payer pour s’en sortir financièrement chez Mendoza, pour jouir, sexuellement ou non, chez Escalante.

     S’il supplante un autre très beau plan d’étreinte conjugale – Qui m’a par ailleurs beaucoup rappelé la scène de Batailla en el cielo, où l’objectif capte un coït avant de s’en aller virevolter vers les toits de Mexico, puis de revenir aux amants assoupis – le dernier plan d’Heli est une véritable splendeur de plénitude entre deux enfants, une petite fille et sa nièce, enlacées, endormies, sur un canapé. A cet instant, Escalante m’a semblé oser un clin d’œil à Stalker, lorsqu’un jouet ou bien un verre en plastique, tombe de la table basse, comme poussé non pas par une petite fille – qui par ailleurs se réveille au son de sa chute, jette un œil puis se rendort – mais par les courants d’air. J’aime beaucoup l’idée d’avoir d’abord vu les ténèbres jaillir par ces fenêtres, ces rideaux et que là, il ne reste plus que cette accalmie, lumineuse, caressante, dans laquelle un petit élément du décor serait le climax, aussi fantastique que trivial, quelque part.

     Parenthèse logistique. Je n’en avais pas encore parlé, évoquons le tirage au sort, les coulisses de ce festival. L’anecdote entourant le tirage de ce quatrième voyage, à savoir le film d’Amat Escalante se doit d’être racontée ici, noir sur blanc. Ma princesse de 23 mois pioche un papier, un seul – Elle a bien compris le principe, c’est chou – dans le chapeau panda – Elle dit « Pada, pada » c’est encore plus chou. Elle prend soin de le déplier puis cette fois – d’habitude il faut lui demander car c’est vite le sien – le donne sagement à son frère. Il apprend à lire cette année, donc c’est parfait. Très vite, il dit « Mexique » quand sa sœur répète approximativement le mot. Et lui soudain me regarde et lâche, d’un ton grave et triste : « Il déteste le Mexique ». Il m’a fallu deux secondes et demi pour piger la référence – Et en gros, si tu ne connais pas par cœur le film d’où provient cette réplique, c’est chaud – mais deux secondes et demi d’intense solitude. Enfin bref, mon fils de sept ans n’était pas loin de me coller sur une réplique de film – Et l’un de mes préférés. Ça fait bizarre.

La région sauvage (La región salvaje) – Amat Escalante – 2017

25. La région sauvage - La región salvaje - Amat Escalante - 2017 Dépossession.

   3.0   J’avais oublié de parler de ça, vu fin juillet dans la foulée de Dunkerque, j’aurais pas dû. J’étais un peu épuisé, j’avais faim et le rythme m’a complètement perturbé. Quant à la sidération convoitée, elle m’a semblé archi appuyé et ampoulé. L’ennui total, au point que je ne voie absolument rien d’intéressant là-dedans, limite je trouve ça un peu nul, faussement choc, dans la lignée d’Evolution, le dernier film de Lucile Hadzihalilovic ou de Possession, de Zulawski, qui n’est vraiment pas mon truc.


Catégories

Archives

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche