Archives pour la catégorie Andrzej Zulawski

L’important c’est d’aimer – Andrzej Zulawski – 1975

29. L'important c'est d'aimer - Andrzej Zulawski - 1975Répulsion.

   5.5   Ça viendra peut-être un jour, qui sait, en attendant, mes rapports avec le cinéma de Zulawski restent un peu houleux. Vu à ce jour trois films (réputés) forts, complètement pétés, devant lesquels mon admiration passagère se dispute (parfois instantanément dans Cosmos, parfois par petites touches brutales et vraiment insupportables, ici ou dans Possession, qu’il faudrait toutefois que je revoie) à un rejet total, de sa complaisance globale dans son obsession de tout détraquer, de façon trop ostensible, trop forcé, capitalisant donc moins sur un état de sidération constant que sur un désagréable sentiment de pose.

     L’équilibre (pourtant trouvé dans un entrée en matière hallucinante et hallucinogène, qui convoque autant Passion que Blow Up) est souvent rompu dans L’important c’est d’aimer, ce malgré le vertige de certaines de ses percées, sa mélancolie palpable et sa volonté de cinéma de passionné au moins aussi passionné que cette folle histoire d’amour et de scène, trio destructeur qui reprend aussi bien Le Mépris (Formellement revendiqué par la musique cathartique de Delerue donc chaque pic d’apparition rappelle forcément ceux du chef d’œuvre de Godard ; Foncièrement évoqué lors de la plus belle séquence du film, au restaurant, entre Romy Schneider (magistrale) et un bouleversant Jacques Dutronc en clown triste) qu’il annonce, un peu, la mécanique tragique de Crash. Si on est loin de Cronenberg, il y a quelque chose de très cru dans le regard posé par Zulawski sur cette relation conjugale destructrice et une attirance flagrante pour les déformations tant les sourires mutent souvent en hurlements et vice-versa.

     Difficile de me situer par rapport à ce film, donc. Je ne peux pas dire que je n’aime pas, comme dirait Thérèse. Mais c’est l’intervention de ces gros sabots, parfois, qui m’empêche de m’y abandonner, qui m’extirpe brutalement de sa mécanique délirante. J’y vois autant de belles choses que j’en suis agacé par d’autres. Pas étonnant de croiser Klaus Kinski chez Zulawski, en tout cas. Cet acteur semblait tellement fait pour ce cinéma baroque, c’est hallucinant. Reste que je le préfère nettement chez Herzog. Autant que je préfère le cinéma d’Herzog, en somme.

Cosmos – Andrzej Zulawski – 2015

05. Cosmos - Andrzej Zulawski - 2015Abomination.

   2.0   Tandis qu’il était haut dans ma watchlist de films dont j’étais certain qu’ils feraient parti de mes films de chevet, Possession fut l’une de mes plus grandes douches froides. C’était mon premier Zulawski, ça remonte à plusieurs années et donc je n’ai jamais persévéré dans sa filmo. Ça m’avait suffit.

     Il y a bien L’important c’est d’aimer qui me fait de l’œil. On verra. Et il y avait Cosmos. Son dernier film avant de mourir. J’ai tenté. Et c’est HORRIBLE.

     Cosmos c’est un peu comme si Resnais et Rivette avaient craqué leur slip en même temps, étaient devenu de vieux gâteux persuadé qu’en faisant communiquer leur folie respective ça donnerait un truc hyper moderne. Resnais on imagine ce que ça peut donner au vue de sa fin de carrière foireuse, et bien imagine ça puissance dix : Emphatique, théâtral, bourgeois, sur-citationnel, indigeste. Il y a bien quelques dispositions plastiques qui titillent, la force de la forêt, d’un jardin, de l’océan qu’on peut ressentir au détour de certains plans. Mais ils sont noyés sous un tel flot de bavardages forcés et d’incongruités cacophoniques qu’on ne les apprécie pas.

      C’est Théorème qui rencontre Raoul Ruiz et le vaudeville de bas étage. J’imagine qu’on peut trouver ça génial, mais pour moi c’est l’enfer. Heureusement que j’y ai fait la découverte de la belle Victoria Guerra sans quoi j’aurais pas tenu jusqu’au bout.


Catégories

août 2018
L Ma Me J V S D
« juil    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche