Archives pour la catégorie Anthony Marciano

Play – Anthony Marciano – 2020

16. Play - Anthony Marciano - 2020Revivre.

   7.0   Max a beaucoup filmé depuis qu’il est gamin. Dès ce noël où il reçut ce petit caméscope en cadeau et commença par capter des instants de famille, jusqu’au jour de la naissance de sa fille avec son iPhone. Un jour, Max décide de revoir tout ça. Il dit « revoir » mais l’idée de cinéma c’est bien entendu qu’il va « remonter » tout ça. De façon à ce que son histoire devienne celle de ce film, de Play.

    Parti pris audacieux et intriguant de la part de celui qui réalisa Les gamins (déjà avec Boublil & Chabat) pour un résultat qui reprend les codes de la chronique intime et familiale mais passée par le prisme volontaire de la comédie romantique et potache. Il y a des lourdeurs, notamment parce que le film est trop écrit, trop « monté » mais il y a une énergie folle, c’est drôle, c’est plein d’idées et dès qu’il utilise l’ellipse ou le hors champ – Et que l’on comprend par exemple que les parents se sont séparés – il y gagne, s’avère très touchant.

    C’est aussi une affaire de casting. Les gamins sont parfaits. Et les grands qui campent les gamins qui ont grandi le sont tout autant. Et aussi une affaire de reconstitution : Play impressionne à donner la sensation de voyager dans les années 90, ça se joue parfois sur des détails, des looks, des décors, des objets, des morceaux musicaux et parfois il se permet même d’insérer des images d’archives (La finale de la coupe du monde, la tempête avant le passage à l’an 2000…) dans lesquelles il parvient avec malice à y glisser ses propres personnages.

    Bref j’avais déjà pas mal apprécié Les gamins, mais là on est quelques crans au-dessus encore. C’est vraiment très réussi, ça se regarde super bien. Anthony Marciano a du talent et notamment parce qu’il a crée cette histoire d’amour refoulée, maladroite, croisée. Je suis un peu ultra-sensible ces temps-ci mais la fin m’a terrassé. Aussi sans doute car j’aime beaucoup Alice Isazz, la seule qui par ailleurs traverse quasi toutes les époques du film.

Les gamins – Anthony Marciano – 2013

les-gamins-17-04-2013-2-g   5.5   Sorte de syndrome Radiostars à savoir que je m’apprête dans les deux cas à regarder une daube ou presque, en tout cas à ne rien en espérer et finalement je trouve ça super drôle et suis ravi de voir que ça tient sur la durée. Alors tout n’est pas réussi, certaines blagues tombent à l’eau, les quelques moments moins drôles sont vraiment très moyens mais dans le registre comique le film fonctionne, surtout lorsqu’il met en scène Chabat et Boublil. En fait ce qui marche c’est que c’est osé tout le temps, le film ne recule devant aucune blague graveleuse mais sans tomber dans la vulgarité. Par moment ça me faisait penser aux meilleures comédies américaines c’est dire. Bref, J’ai beaucoup ri.


Catégories

Archives

juillet 2024
L Ma Me J V S D
« mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche