Archives pour la catégorie Antoine Cuypers

Préjudice – Antoine Cuypers – 2016

11. Préjudice - Antoine Cuypers - 2016Le vilain petit canard.

   5.1   J’y allais pour Thomas Blanchard (Inupiluk, Memory lane, Les amitiés maléfiques) et pour son savoureux pitch « Lors d’un repas de famille, Cédric, la trentaine, vivant toujours chez ses parents, apprend que sa sœur attend un enfant. Alors que cette nouvelle suscite l’engouement auprès de tous, elle provoque chez lui un ressentiment qui va se transformer en fureur » parce que les carnages familiaux au cinéma m’ont toujours fascinés et que ce fameux Cédric est donc campé par Thomas Blanchard, enfin un vrai premier rôle bien cramé, pour cet immense acteur.

     Préjudice est le premier long métrage d’Antoine Cuypers. Si l’on n’ira pas jusqu’à dire qu’un cinéaste est né, il y a suffisamment de matière dans ce coup d’essai pour présager une bonne carrière de faiseur à la Dominik Moll ou Joachim Lafosse. Oui, lui aussi est belge et lui aussi aime les ambiances chelou. Mais c’est un cinéma à sujet avant tout. L’ambition de Préjudice est moins de jouer sur une montée d’angoisse, de suspense voire d’horreur que de dérouler ses zones d’ombre de manière à dilapider tout ce qui faisait l’absurde gravité de la première demi-heure.

     De cette première mystérieuse partie (mais trop bizarre pour ne pas être agaçante) nous allons apprendre petit à petit à connaître chacun des personnages, de la famille ou rattachés, et les tensions qui animent cette petit famille. Nous allons voir que la maison abritait d’ordinaire un couple et leurs trois enfants, une fille et deux garçons, dont l’un d’eux est absent ce fameux soir de retrouvaille, mais dont on saisit qu’il devrait tous les rejoindre en fin de soirée. Si Laurent (l’invisible) n’est pas là, sa femme l’est, accompagnée de leur fils. La sœur quant à elle est arrivé avec son homme et compte sur cette réunion de famille pour annoncer sa grossesse. C’est sa soirée, elle ne cessera de le dire.

     Le troisième enfant c’est donc Cédric. Il est bizarre, ça saute aux yeux en quelques secondes. Moins sur son visage fermé (après-tout il pourrait refouler une blessure, masquer un drame ou tout simplement être de mauvaise humeur) que dans sa façon d’être, de se comporter, avec son neveu dans la forêt, avec son père au barbecue, avec son beauf sur une simple question boulot. Tous ont envers lui un regard autre, qui ne serait ni celui du mépris, ni de l’indifférence mais plutôt construit sur la crainte, le ménagement. On lui parle sans vraiment lui parler ni attendre une réponse. On l’écoute avec le même détachement. C’est forcément bien trop déconcertant comme ambiance familiale soit parc qu’on a raté un wagon, soit parce que ça tend imperceptiblement vers le surréalisme – Buñuel n’est parfois pas loin, qui plus est sur la question de ce fameux dîner, qui ne se fera jamais.

     En réalité, le film choisit de se vivre quasi entièrement du point de vue de Cédric qui ressent ce rejet, jusqu’à accuser le complot. Le fait d’être Cédric, ses pas, sa respiration, sa pensée, empêche de saisir le véritable nœud familial qui se joue, depuis une éternité. Le film joue tellement avec ce trouble qu’il semble forcer toutes les incompréhensions, et le rôle que cette famille joue en présence de Cédric. On se demande longtemps s’il n’est pas de retour de taule ou simplement un Tanguy ultime, tout en rage contenue et fausse gentillesse exacerbée.

     Le drame qui se joue est plus tragique que ça. Il existe depuis sa naissance. Et le film offrira moult indices pour nous y amener mais joue trop avec ce trouble pour être ce qu’il aurait dû être : Un mélo entièrement dévoué à ces personnages. Là il n’y en a pour ainsi dire pas un pour sauver l’autre. Car à force de tout voir du point de vue de Cédric on ne voit rien et ce qu’il voit et rêve (de fouler un paysage autrichien) nous ne le voyons pas non plus, justement pour qu’on ne saisisse pas d’emblée la portée de sa folie.

     C’est donc l’histoire d’une famille dysfonctionnelle, brisée et fatiguée (le père semble quasi mourant) qui aura vécu avec et pour un fils ou un frère malade, incapable de sortir de la maison de ses parents (La scène dans la forêt revient d’un coup de fouet) et de construire quoique ce soit d’autre que ce qu’il vit au contact de sa mère, qui le fait voyager en lui collant un poster de montagne dans sa chambre, lui fait partager ses cigarettes et semble lui raconter sans cesse qu’elle se sacrifie pour lui depuis toujours, qu’il représente ce fardeau qu’elle s’est choisi.

     Sauf qu’on ne saura jamais vraiment si la fêlure de Cédric ne provient pas d’une trop grande castration de sa mère, qui continue ad aeternam de s’en occuper comme d’un bambin. On ne saura pas vraiment si la tyrannie qu’il projette durant ce repas de fête n’est pas celle qu’il a dégagé depuis toujours. La névrose qui l’habite fait écho à celle de ses parents, qui eux l’ont toujours plus ou moins masquée, forcément – La scène avec le voisin en est l’illustration. Dans ce climat où victimes et bourreaux semblent réversibles jusqu’à l’imposture théâtrale (On flirte beaucoup avec la pose) Cuypers se repose sur la clinicité d’un cinéma hérité d’un certain Haneke et fait d’une ébauche de tentative de bonheur bourgeois (avoir une maison, un jardin, des enfants) le spectacle répugnant d’une masse face aux réprouvés.


Catégories

mai 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche