Archives pour la catégorie Antoine Fuqua

The Equalizer – Antoine Fuqua – 2014

13710520_10153833884797106_7962388275441269303_o-900x600« Et vos envies prennent vie »

   1.8   Si l’on excepte Training Day (Et la présence d’Ethan Hawke y joue beaucoup) je ne vois pas ce qu’on peut retenir de Fuqua. Tout est laid, grossier, sans intérêt. Et tout en étant persuadé d’être au-dessus du lot. Insupportable. The Equalizer (Sensiblement le même genre de produit que John Wick, sur le papier) pouvait changer la donne, faire une bombe d’action sans compromis, taper dans l’abstrait sur-esthétisant et décomplexé façon Johnnie To. Mais rien à sauver là-dedans. Autant dans sa calamiteuse exposition suivant son héros mystérieux réglé comme du papier à musique (Un ancien de la CIA qui chronomètre tous ses faits et gestes) donner des cours d’amaigrissement (LOL, même si faut bien reconnaître que seul Denzel Washington peut jouer ça et y croire) que dans sa phase nettoyage (mécanique) jusque dans sa presque séquence finale (interminable) où il liquide toute une armée russe avant d’atteindre le grand benêt en plein Leroy Merlin, dans le noir puis sous la flotte, à base de perceuse et pistolet à clous, tout cela sans la moindre texture pop, avec le plus sérieux des enrobages comme si le film était persuadé de faire la nique aux Taken et consorts. John Wick était invraisemblable et jubilatoire. The Equalizer est invraisemblable mais n’accepte pas de l’être. Denzel prend plaisir à semer la zizanie avec des armes inhabituelles, une vraie panoplie de tueur couteau-suisse : Tire-bouchon, sécateur, peau d’échappement, barbelés. Si au moins ils avaient eu le culot de mettre sur l’affiche du film Denzel avec une tondeuse à gazon, mais non, même pas. Bon et je ne vais m’attarder sur la mise en scène ni sur ce montage hideux et ces transitions dégueu façon Les Experts. A la fin on entend une reprise de Joy Division avec scène de plage à l’appui, on croirait la version suédé d’un film de Michael Mann (Note : Je me demande si on ne copie pas plus Mann que Malick, en définitive). Puis on voit Denzel dans un café offrant ses services par Internet avec un travelling arrière dévoilant un plan copiant un tableau de Hopper. Navrant. Mais le morceau signé Eminem/Sia lors du générique final envoie du pâté, j’avoue. 

L’élite de Brooklyn (Brooklyn’s Finest) – Antoine Fuqua – 2010

L'élite de Brooklyn (Brooklyn's Finest) - Antoine Fuqua – 2010 dans Antoine Fuqua l-elite-de-brooklyn-brooklyn-s-finest-31-03-2010-27-11-2009-11-g     4.3   C’est dark de chez dark et sans doute trop dark pour moi. N’empêche que je retrouve un peu ce qui m’avait séduit dans un autre film bien dark d’Antoine Fuqua : Training day, un film que j’aimerais beaucoup revoir tiens (avec l’excellent Ethan Hawke). Les acteurs sont excellents, là encore. Et si le film est inégal, on sent par petits blocs de scènes qu’il y a du potentiel, ne serait-ce que d’un point de vue mise en scénique.


Catégories

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche