Archives pour la catégorie Baltasar Kormákur

A la dérive (Adrift) – Baltasar Kormákur – 2018

31. A la dérive - Adrift - Baltasar Kormákur - 2018En pleine tempête.

   4.0   Le film conte l’histoire vraie de Tami Oldham Ashcraft, une navigatrice américaine. En 1983, elle et son petit ami, Richard Sharp, convoient un voilier de Tahiti vers San Diego. Le 13 octobre, ils sont pris dans le plus grand ouragan qui se soit jamais abattu sur l’Océan pacifique. Le bateau chavire. Tami se retrouve inconsciente pendant plusieurs heures et Richard est projeté par-dessus bord.

     Lorsqu’elle reprend ses esprits, à bord du bateau en ruines, Tami constate vite l’absence de Richard, puis repère le canot de sauvetage flottant au loin, sur lequel est agrippé son fiancé. Après l’avoir récupéré, gravement blessé, la jeune femme, sans aucun moyen de communiquer ni d’appeler à l’aide, doit se battre durant 41 jours pour rester en vie et parcourir les 2.500 km qui la séparent encore d’Hawaï.

     Sans doute avais-je l’espoir de voir un film dans la lignée du All is lost, le beau film de J.C. Chandor, avec un Robert Redford qui n’y disait pas un mot. On comprend très vite que ce ne sera pas le cas, le piètre réalisateur Baltasar Kormakur préférant cumuler les flashbacks et insérer un petit suspense autour d’un McGuffin qu’on voit débouler à des kilomètres. Sur le bateau nous n’y restons jamais vraiment. Et quand on croit que le titre aura double effet et visera à raconter aussi la dérive du couple, on fera encore fausse route. Tout y est incroyablement décevant. Reste Shailene Woodley, et ça peut suffire pour attiser la curiosité.

2 Guns – Baltasar Kormákur – 2013

37. 2 Guns - Baltasar Kormákur - 2013Les mal filtrés.

   3.0   Autant que l’Islande est géographiquement tiraillée entre les Etats-Unis et l’Europe, Baltasar Kormakur lorgnait déjà du côté d’Hollywood quand il faisait encore du cinéma ancré dans ses terres, dans Survivre ou Jar city. C’était pas toujours inspiré mais il y a avait une patte « Reykjavik » pas inintéressante. Avant de s’aventurer plus tard vers le film catastrophe en montagne (Everest, avec Jake Gyllenhaal et Josh Brolin) il s’essayait au polar testostéroné. Avec Marc Walhberg et Denzel Washington. Le film la joue à fond sur le registre décomplexé autant qu’il s’amuse à détruire chacun de ses décors dans ses nombreuses scènes de gunfights. Saupoudré de buddy movie, rien de neuf dans cet énième Lethal Weapon 2.0 le film aligne les punchlines en s’appuyant sur son duo d’acteurs qui récite respectivement leur partition habituelle, l’un celle de The Departed, l’autre celle de Inside Man. Dommage que 2 guns ne s’enivre pas d’une réalisation plus inventive (à la manière d’un John Wick, par exemple) mais préfère son petit confort de comédie policière cool, déconstruite et inoffensive. Si encore il avait ce souci de soin notamment dans ses séquences pivot ou un semblant de vraisemblance. Là c’est marrant un quart d’heure, mais au-delà ne reste qu’un banal concours de bites.

Jar city (Mýrin) – Baltasar Kormákur – 2008

15871773_10154309334367106_3253517540819519829_nCadavres en sous-sol.

   5.5   On est dans l’Islande profonde, esthétique bleu-grisâtre qui vire au vert dans les intérieurs, amas de filtres dégueu qui ne sont pas les meilleures idées d’un film post Dogme. Il y a pourtant un truc avec les paysages, une désolation permanente, on est loin du polar touristique. Ça pue la mort dans chaque plan. Il y a une étrange correspondance entre l’idée qu’on se fait de l’Islande des années 70 (L’enquête remonte à des faits vieux de quarante ans) et celle d’aujourd’hui, comme si le pays avait cessé de se développer et stagnait dans des bocaux de formol. Il y a cet enquêteur froid comme la pierre, qui mange de la tête de mouton et fume cigarette sur cigarette et affronte en plus de son enquête la toxicomanie de sa fille. On navigue à ses côtés de vieilles baraques miteuses en trous à rats, de cimetière sur la falaise en musée d’organes. Les vieux parquets grincent, les portes vitrées se brisent, les ampoules éclatent et les maisons sont bâties sur un marais qui s’enfonce et regorgent de sous-sol où des corps d’enfants sont retrouvés sans leur cerveau. La construction du film est on ne plus informe mais le geste et cette fascination pour la décrépitude me plait. Des choix discutables (Comme il y en aura aussi dans les autres films de Kormakur) viennent entacher l’ensemble, notamment cette récurrence musicale faite de chœurs d’église mais cette enquête qui se perd dans un dédale de consanguinité, neurofibromatose et meurtres à coups de cendrier se révèle passionnante. Bien que super méga glauque, tu l’auras compris.

Survivre (Djúpið) – Baltasar Kormákur – 2013

15196017_10154160705307106_3094126858773164316_oL’eau froide.

   3.5   Avant Everest, Baltasar Kormakur avait expérimenté une autre aventure extrême sur son sol islandais, un survival en pleine mer tiré d’un fait réel, dans lequel un bateau de pécheurs heurtait un rocher et chavirait, abandonnant son équipage dans l’eau glaciale. La première partie du film se déroule de nuit et on ne comprend absolument rien, on ne voit rien, c’est mal filmé, ça pourrait être une piscine en studio ce serait pareil. Ça m’a un peu rappelé Pioneer, le film norvégien d’Erik Skjoldbjærg qui ne parvenait pas non plus à faire exister ses situations et personnages. Mais Kormakur est plus mauvais encore que son homologue, il multiplie les montages parallèles bidons (Avec séquences minuscules) et flashbacks lourdingues (dans un format carré pour faire genre) et oublie le plus important : Le présent, la survie. Ce que promettait pourtant son titre. Quand il est seul, le héros raconte sa vie à une mouette et l’on voit ces petits instants de vie en flashes éparpillés. Ridicule.

     Même s’il est aussi un peu raté, il y a aura des bonnes idées dans Everest, notamment durant sa partie catastrophe, tendue et bien troussée. Là rien, l’ennui total. Et ça l’est d’autant plus que la partie catastrophe se situe au début, qu’elle est illisible et que ce qui suit sera sans intérêt. Ce qui suit, sur l’île est un poil mieux, plus posé mais bâclé, réglé en deux temps trois mouvements. Toute la dernière partie suit le retour à la normale du héros pas vraiment normal puisqu’il a survécu dans une eau froide dans laquelle il n’aurait pas pu survivre longtemps, ce qui en fait un important sujet pour la science. Reste que même ça, cinématographiquement c’est mal raconté, cruellement anecdotique. J’imagine l’auteur fasciné par cette histoire mais de là à en tirer un film aussi fade. Bref aucun intérêt. Durant le générique final on voit des images documentaires du vrai héros raconter un peu de sa mésaventure. C’était ce film-là qu’il fallait faire. Un générique pourtant accompagné par Staralfur, cette merveille de Sigur Ros, quoique devenu un standard partout, qui ici comme le reste fait pschitt.

Everest – Baltasar Kormákur – 2015

Everest - Baltasar Kormákur - 2015 dans Baltasar Kormákur 1436352476722_0570x0392_1436352499450 Tempête.

   5.0   Le film est divisé en deux parties, une heure chacune, ascension puis catastrophe, ciel dégagé puis tempête. La première partie est si mal branlée dans sa volonté de faire éclore chaque personnalité qu’elle contamine la suivante, où lâchés dans la montagne et la météo hostile, ils ne sont plus que des pantins interchangeables. Et forcément très peu d’émotion se dégage de cette déliquescence groupée progressive même s’il faut reconnaître que certaines séquences sont chouettes. Un film comme L’aventure du Poséidon réussissait lui tellement bien sa partie de présentation qu’il pouvait s’abandonner à la pure mise en espace de la catastrophe dans la seconde et s’avérait bouleversant. Reste la gestion assez inédite de la Star, globalement fondue dans la masse, que je trouve assez intéressante.


Catégories

Archives

novembre 2021
L Ma Me J V S D
« oct    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche