Archives pour la catégorie Benh Zeitlin

Les bêtes du sud sauvage (Beasts of the southern wild) – Benh Zeitlin – 2012

24_-les-betes-du-sud-sauvage-beasts-of-the-southern-wild-benh-zeitlin-2012Calvaire dans le bayou.

   1.4   J’avais écrit ceci en sortant : « C’est insupportable d’un bout à l’autre. Une grosse boursouflure sundance. Le scoubidou de l’année » Bref, de l’argumentation de bas étage, je dois le reconnaître, mais circonstances atténuantes, j’étais énervé. Dorénavant reposé, je vais essayer d’y revenir mais je préviens : ça me coûte !

Je vois ça comme un croisement entre Miyazaki, Max et les maximonstres, Le roi lion et Kusturica. Une bonne bouillabaisse pas fraîche. Mais de Miyazaki je n’en vois que l’esquisse.

C’est la page blanche d’un Miyazaki remplie par la plume de Kusturica. Ça se veut plein de folie mais ce n’est que folie pour faire genre, cinéma inoffensif. De Kusturica je trouve cela nettement plus proche de Promets-moi, cet assourdissante bêtise que de cette merveille qu’est Le temps des gitans, qui trouve à mes yeux une grâce et un équilibre inattendus. On entend parler de Malick également, pour moi c’est de la caricature malickienne comme il y en a des dizaines par an, où on filme les éléments en tremblotant sous musique et voix off.

Une de mes connaissances qui l’a aimé modérément le rapprochait de Little miss sunshine, The descendants, Winter’s bone avec cette galerie de personnages gimmicks, cet esprit sundance. Je le rejoins entièrement puisque c’est un esprit qu’aujourd’hui je déteste. Que je déteste presque autant que l’esprit Les petits mouchoirs en fin de compte. Sorte de standardisation du drame sympa, qui fait rire et pleurer. Je ne veux plus voir ça, jamais.

Et aussi, c’est un cinéma qui se veut lyrique et distant, pour ne pas faire trop hermétique ni trop aimable. La caméra qui bouge tout le temps. Le côté grotesque des rebondissements inutiles. Les pauvres avec un coeur gros comme ça. L’enfant courage. Passage à l’âge adulte. Le package complet !

La seule chose que je sauve c’est l’idée qu’il a eu de placer l’aventure du simple point de vue de l’enfant. C’est tout.

Et puis la musique ! Bon dieu, cette musique. Elle aussi se trouve au milieu de tout. Mi-fédératrice, mi-lacrymale, mi-guerrière, mi-apocalyptique. Brouhaha désagréable. Tout est réducteur, tout est surligné, tout est lourd. J’ai franchement eu l’impression d’être agressé tout du long. J’ai du mal à en parler tant ce fut une séance calvaire (la pire de l’année sans doute).


Catégories

juin 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche