Archives pour la catégorie Bertrand Tavernier

La fille de d’Artagnan – Bertrand Tavernier – 1994

La_fille_de_d_Artagnan1Au temps des Mousquetaires.

   5.0   J’aime assez. C’est un divertissement honnête. C’est dans l’esprit d’un Pirates des Caraïbes à la française. On sent bien que Tavernier voulait faire son clin œil aux quatre mousquetaires et les réunir, vieux, rouillés, mais pas ridicules. Il a fait bien mieux mais pas vraiment dans le divertissement, en fin de compte.

L627 – Bertrand Tavernier – 1992

161868_image_62940-cropPolicier, invariable.

   7.6   On pourrait considérer ce Tavernier comme le pendant chronique du Police abstrait de Pialat et du Neige baroque de Berto & Roger. Un document sur un Paris fantomatique, junky, nocturne (quoique pas si nocturne en fait) qui ne pourrait n’être que succession de catalogue d’affaires de stups mais y débusque une vraie réflexion sur le pouvoir du cinéma en plus d’être un remarquable film de terrain et d’investigation. Que le personnage central vienne du cinéma et soit en quelque sorte un cinéaste raté reconverti dans la police et les films de mariage pour arrondir les fins de mois, crée une proximité troublante, à la fois hyper théorique mais tout autant incarnée, entre lui, le cinéaste et le spectateur. C’est un film qui gagne à être revu parce qu’il est une plongée stimulante, sans frontières, dans les coulisses de la police fauchée, près de 2h30 dans les enfers de Paris qu’on ne voit guère passer, entre planques infinies, bureaux pourris, appartements miteux. Un truc frontal, sans concession, un pur film en mouvement permanent, parfois étiré, parfois détaché, doté d’une galerie de personnages formidables et une tripotée de flics bas du front, pathétiques, brossés dans leur médiocrité sans pour autant ôter un certain attachement, manifesté entre humour et tendresse – Blagues bien grasses, running gag du seau d’eau, entre autre. C’est souvent bien agencé. Seul bémol, L627 est beaucoup trop écrit, c’est ce qui m’avait considérablement gêné la première fois, certains dialogues semblent un peu trop bien organisés, mais c’est fait avec une telle générosité, un tel sens de la mise en scène qui ça rattrape haut la main les quelques trop plein d’écriture, notamment lorsqu’il veut faire rire, être en quête de la bonne vanne, du découpage parfait de l’utilisation de la parole. On a en effet parfois l’impression que c’est elle qui crée le montage, c’est vraiment mon seul reproche  – le Polisse de Maïwenn, que je ne déteste pas par ailleurs, s’est vraiment mal inspiré du Tavernier à ce sujet, seulement dans ses excès en fait. Pour le reste, j’aime que L627 commence, termine, sans réel début, sans réelle fin. Qu’il ne soit que des prolongements, des continuités. Grand film, qui gagne donc à être revu.

Ça commence aujourd’hui – Bertrand Tavernier – 1999

033865_ph3.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxLes combattants.

   8.2   Le film suit Daniel (Torreton) le directeur d’une école de maternelle, passionné, qui se heurte aux problèmes sociaux qui touchent les familles de ses élèves. Regarder un film, se prendre une claque que l’on n’attendait pas, être révolté par le sujet, bouleversé par l’authenticité. En parler plus d’une heure à deux après le générique. C’est aussi pour ce genre de soirée que j’aime le cinéma et tout particulièrement le cinéma engagé. Ce que j’ai vu de meilleur de la part de Tavernier, à l’aise. J’ai terminé en miettes.

Capitaine Conan – Bertrand Tavernier – 1996

1896758_10151986671467106_1611533471_n Guerre et paix.

   3.9   Là par contre, je retrouve le Tavernier qui me gonfle, celui de Que la fête commence. Tout est hystérique, surécrit, surjoué. Alors ok il y a une certaine ambition que l’on ne retrouve dans aucune fresque française populaire/intéressante mais ce n’est pas ce qui convient à ce cinéaste, à mon sens. Je n’ai vu que 1h15 car je me suis endormi – ce n’était pas dû qu’à la fatigue. J’ai vu la suite le lendemain, avec guère plus de conviction.

L’horloger de Saint-Paul – Bertrand Tavernier – 1974

1896873_10151986671447106_541844022_nLes rues lyonnaises.

   6.9   Merci Arte, qui diffusait deux soirs de suite, deux Tavernier que je ne connaissais pas. J’ai adoré celui-ci, l’un de ses plus beaux films à mes yeux, dense, mystérieux, qui démarre comme l’esquisse d’un polar pour finir en manifeste résistant. Noiret est immense. Et la relation que son personnage entretient avec son fils, bouleversante. Et Lyon y est sublimée, comme dans un autre des plus beaux films de Tavernier, Une semaine de vacances. A croire que la ville des Lumières (qui est aussi la sienne) lui réussit à merveille.


Catégories

juin 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche