Archives pour la catégorie Catherine Breillat

À Ma Soeur ! – Catherine Breillat – 2001

16105804_10154327256237106_2514008288719839265_nConte cruel de la jeunesse.

   6.0   Franchement j’ai rarement autant ressenti la tension à la limite du soutenable devant un film, que durant ce trajet de retour qui occupe le dernier quart. Il ne faut pas grand-chose à Breillat et surtout pas des éléments superflus style musique et autre stridence. Simplement une femme et ses deux enfants, dans leur voiture, doublant les camions, se faisant doubler, parfois klaxonner, s’assoupissant, s’arrêtant sur des aires de repos. C’est tellement puissant d’avoir réussi cela que son accomplissement m’a dérangé par son extrême cruauté. Ça et le fait que je ne vois pas trop ce que l’aspect « faits divers » vient faire là, sinon qu’il n’est que parti pris cynique, ce même si cette violence, brutale, soudaine, délaisse le film dans une aura fantastique, quasi cauchemardesque, qu’il avait déjà instauré dans ces longues séquences de séduction (Dont la première nuit entre Elena & Fernando, interminable et géniale, donc) et dans cette bulle familiale, aux quatre solitudes, qui occupe le reste du film.

     Je ne suis pas un habitué du cinéma de Breillat puisqu’avant celui-ci, je n’avais vu que deux films : Une vieille maitresse et Abus de faiblesse. Deux films intéressants, surtout le premier, qui ont laissé leur trace, pas une grande trace, mais la marque d’une cinéaste en marge, qui ose des choses. J’ai entendu parler de Romance ou Anatomie de l’enfer, évidemment, je sais donc que Breillat a aussi une filmo très portée sur le sexe, saisi dans toute sa crudité, puisqu’ayant recours à des actes ouvertement non simulés. A ma sœur pourrait faire office de trait d’union dans la mesure où rarement on avait pu voir de cette manière-là, ce jeu de séduction sexuel entre un homme et une femme, ni cette discussion autour de la « première fois » entre deux sœurs, que tout oppose. Le film parvient à saisir ce trouble adolescent, n’hésitant pas à passer d’une séquence hyper tendre (Des confessions nocturnes) à quelque chose de littéralement cruel (Elles s’en mettent des baffes !). Pour l’anecdote je comptais voir ce Breillat car je savais qu’il se déroulait en partie à La Palmyre, un lieu que je connais bien. Agréablement surpris d’y voir la jeune et déjà extra Roxane Mesquida. On verra ce qu’il m’en restera avec le temps, mais en l’état je vois de très belles choses là-dedans et d’autres qui me laissent un peu circonspect.

Abus de faiblesse – Catherine Breillat – 2014

4360500_6_ddb5_isabelle-huppert-dans-le-film-francais-de_6c8af25e1aa67fb8c6f7d86768de32ae

   3.1   Sur le papier j’étais très attiré par le nouveau Breillat. Maintenant que j’en suis sorti je suis incapable de savoir ce qui m’attirait tant. Bref, j’y suis allé pour cette attirance bizarre mais aussi et surtout parce que Breillat a réalisé un grand film il y a quelques années à mes yeux, Une vieille maîtresse. Erreur, car ce dernier est très mauvais. Il n’y a aucune idée de mise en scène ou s’il y en a (quelques unes) elles sont aussitôt tuées dans l’œuf par cette froideur calculée, cette écriture bien terne. Au début il y a des saillies fantastiques discrètes bienvenues. Puis elles disparaissent et il ne reste plus rien. La dernière demi-heure est un supplice. Et Huppert, Breillatisée à mort, est insupportable, elle en fait des tonnes.


Catégories

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche