Archives pour la catégorie Cédric Kahn

Vie sauvage – Cédric Kahn – 2014

409006Loin d’elle.

   6.7   C’est dans ses extrémités que le dernier film de Cédric Kahn prend toute son ampleur tragique, physique et bouleversante. D’une part, via vingt premières minutes à couper le souffle, d’une sécheresse terrible. Puis quinze dernières en quasi huis clos, d’une charge qui rappelle certaines fins de films Dardenniens – L’enfant, surtout. Ici, les Dardenne produisent. Rien d’étonnant tant Kahn n’avait encore fait à ce point du Dardenne-like quoique le déjà excellent Une vie meilleure avait embrayé ce virage plus social. Il y a trois parties dans Vie sauvage. Et la partie centrale, la plus longue, qui donne son titre au film, raconte les dix ans de fuite d’un père et de ses deux fils. C’est réussi mais moins fort sans doute parce que c’est davantage comme je l’attendais ou me l’était imaginé. Mais Kahn une fois de plus, ne fait que les bons choix, autant dans le développement de ce nouvel univers, la gestion du temps (Une ellipse géante, point ; le reste se fond dans la masse) et les diverses rencontres cévenoles qui peuplent cette croisade utopique loin des normes. Inutile de préciser que Céline Sallette et Mathieu Kassovitz y sont excellents, enfin si car vraiment ils le sont.

Les regrets – Cédric Kahn – 2009

Les regrets - Cédric Kahn - 2009 dans Cédric Kahn 3591543072La femme d’à côté.   

     5.3   Ce que j’en garderai à long terme ? Probablement pas grand chose. Les regrets (mauvais titre) du réalisateur de Roberto Succo ne fait pas dans l’originalité faisant d’une part grandement référence à un chef d’oeuvre de Truffaut, et d’autre part ne proposant pas des idées de génie en terme de mise en scène, excepté son rythme fulgurant. Oui car si Truffaut a fait une histoire de passion déchirante filmée comme un polar au ralenti, Kahn propose une histoire de passion déchirante mais filmée comme un polar d’action. Procédé qui peut agacer, ces sentiments décalés en permanence nous offrent une espèce de course d’1h45 entre deux êtres, l’un vers l’autre, l’un fuyant l’autre. Personnellement, à ce petit jeu, je suis assez conquis, et la fin n’est pas loin d’être très belle. Et je trouve que Tedeshi et Attal s’en sortent au moins aussi bien qu’Ardant et Depardieu. Mais ça manque un peu de chair et de texture, quoi.


Catégories

mars 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche