Archives pour la catégorie Charley Bowers

Une invention moderne (He done his best) – Charley Bowers – 1926

20. Une invention moderne - He done his best - Charley Bowers - 1926Panique en cuisine.

   7.0   Pile poil ce que j’attendais de Charley Bowers. De la destruction, du bricolage, une machine délirante et des supers inserts en stop motion.

     Tandis qu’il veut au préalable demander la main de sa belle au père de celle-ci, gérant d’un restaurant, Bricolo se retrouve à devoir remplacer un employé à la plonge avant d’être pris dans un engrenage qui fera de lui à la fois le cuisto et le commis. Il fera tout péter, au sens propre.

     Très amoureux, il acceptera alors de tout reconstruire. À sa façon d’inventeur : En automatisant tout. Le restaurant sera une gigantesque machine où il n’y aura plus besoin ni de commis, ni de cuisinier ni de plongeur.

     C’est Les temps modernes à la Bowers. Une machine à gags complètement effrénée dans laquelle on verra des bras mécaniques s’occuper de faire pousser des carottes, appâter un poulet par une porte pour qu’il en ressorte par l’autre porte dans l’assiette, ou même une huître s’enduire elle-même de sauce avant de revenir dans sa coquille. Plaisir total.

Le roi du charleston (Fatal footsteps) – Charley Bowers – 1926

13. Le roi du charleston - Fatal footsteps - Charley Bowers - 1926Faut que ça danse.

   5.0   Parmi les burlesques du cinéma muet, l’histoire a retenu Chaplin et Keaton, évidemment, mais aussi Harold Lloyd ou encore Laurel & Hardy. On évoque moins Charley Bowers. Je me souviens pourtant d’une projection y a de cela une quinzaine d’années, cinq courts métrages muets diffusés dans un programme spécial, contenant deux Chaplin, un Keaton et deux Bowers : Non tu exagères et Pour épater les poules, si inventifs, si merveilleux, qu’ils avaient à mes yeux un peu éclipsé le reste, plus attendu probablement.

     Au préalable, Bowers était un funambule puis un caricaturiste avant d’ouvrir un studio de production spécialisé dans les dessins animés. Ce parcours se reflétera plus tard dans son cinéma, mêlant burlesque, techniques d’animation et prises de vue réelles. En France, Chaplin était Charlot, Keaton Malec ou Frigo, Bowers, lui, campait Bricolo.

     Dans Le roi du Charleston, le personnage joue un garçon de ferme qui se met en tête de se préparer au grand concours du charleston, qui lui permettra d’épouser une aristocrate, la senorita Pepita Tumafol. Il n’hésitera pas à dessiner les pas de danse dans la maison ni à inventer des chaussures aussi farfelues qu’ingénieuses. Sous ses contours narratifs, le film est surtout l’occasion de délirants passages en stop motion. Ainsi chez Bowers il n’est donc pas interdit de voir l’insert d’un long plan montrant un poisson dansant hors de son aquarium, par exemple. Assez chouette, mais je n’ai pas retrouvé l’inventivité rythmique et plastique des deux autres films.


Catégories

Archives

juin 2024
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche