Archives pour la catégorie Christopher Mc Quarrie

Mission Impossible – Dead Reckoning, Part One – Christopher McQuarrie – 2023

23. Mission Impossible – Dead Reckoning, Part One - Christopher McQuarrie - 2023Entité conforme.

   5.5   Premier volet d’un diptyque, ce septième opus de la saga fait davantage office de best of dans ses climax et son trop plein de personnages interchangeables que de relooking de l’antagoniste à la sauce intelligence artificielle autonome maléfique qu’il semble arborer en trophée. On aura bien une tempête de sable qui n’est pas sans rappeler celle de Protocole fantôme, une course poursuite en ville (ici Rome) qui évoque celle (dans Paris) de Fallout, une séquence de train qui revient aux fondamentaux du premier volet. La plus belle scène restera sans doute celle de l’aéroport tant les lieux font parfaite figure de projection de faux semblants et de passe-passe accentués par cette idée de deepfake à tire larigot. A ce petit jeu, La Némésis d’Ethan Hunt n’a (pour le moment ?) aucun intérêt. Le film est trop bavard pour passionner, surtout sur la longueur, quand bien même les nombreuses scènes d’action nous en donnent pour notre argent, notamment la dernière demi-heure… bien qu’on préfère mettre cette année nos billes dans les trois heures du dernier John Wick. On ne retrouve bien entendu pas l’équilibre aussi précaire que miraculeux de Fallout, mais pas non plus le divertissement ennuyeux qu’avait composé Rogue Nation. C’est donc un Mission impossible du milieu. Pas désagréable mais un peu décevant, à l’image de sa cascade à moto tant teasée qui fait pschitt. Chouette moment, oublié le lendemain.

Mission impossible, Fallout – Christopher McQuarrie – 2018

43. Mission impossible, Fallout - Christopher McQuarrie - 2018Mission winks more than accomplished.

   7.0   Quel pied ! A chaud, mais j’en suis quasi certain pour un tas de raisons (Son imposante durée qui ne se ressent pas ; Ses trois blocs magnifiques, équilibrés à Paris, Londres et au Cachemire ; Ses nombreux clins d’œil au film inaugural) c’est le plus beau film de la saga, depuis celui signé Brian de Palma.

     Fallout est à Mission impossible ce que Skyfall est à James Bond, en somme : Un film de séquences, aussi brutal que romantique, doté d’une dynamique hallucinante et d’une faculté à sinon dépoussiérer le matériau (Les films de cette franchise sont de qualité, globalement) jeter à nouveau les dés et briser les habitudes. C’est d’autant plus beau que l’opus précédent (Rogue nation) était un peu raté mais déjà réalisé par McQuarrie. Bref, bravo à lui, pour la remise en question.

     En guise de plaisir supplémentaire, il y a ici une dimension méta absolument jouissive dans la mesure où Ethan Hunt, héros vieillissant (même si Tom Cruise semble ne jamais vieillir) s’excuse sans cesse auprès de son entourage, craint plus pour eux que pour lui, tout en sachant pertinemment qu’il ne pourra en être autrement. Et le film donc McQuarrie semble ne raconter que ça : s’excuser de vouloir singer/copier De Palma tout en admettant qu’on ne pourra pas mieux faire en faisant comme lui, mais qu’il est toujours mieux de faire comme lui plutôt que de faire autrement – Coucou John Woo.

     Si j’ai un reproche à faire à Fallout, il concerne sa dose de faux. Qui est derrière qui, que cache telle ou telle situation, etc… Et ce n’est que ça. A trop vouloir évoquer De Palma, le film ne fait que citer en permanence la séquence d’ouverture en millefeuille de Mission impossible. Donc le problème c’est qu’on n’est plus vraiment surpris de rien soit parce qu’on s’en fiche soit parce qu’on voit tout venir : La séquence du masque de sosie, par exemple.

     Qu’importe, je le répète, quel panard total ! 2h27 qui filent d’un claquement de doigts. Après l’escale parisienne, on craint l’arrivée à Londres. Après la course-poursuite sur les toits londoniens, on tremble pour le final dans les montagnes du Cachemire. Et le film ressort les hélicoptères et des crevasses rocheuses au lieu d’un tunnel. Et c’est absolument génial, jusque dans son montage parallèle avec le désamorçage des bombes sur le camp humanitaire. Une merveille de film d’action du dimanche soir, en somme.

Mission Impossible 5 : Rogue Nation – Christopher Mc Quarrie – 2015

19.-mission-impossible-rogue-nation-christopher-mc-quarrie-2015-1024x721Impossible n’est pas Tom Cruise.

    5.0   C’est un divertissement convenable, bien troussé, notamment les scènes d’action, punchy et lisibles. L’entrée en matière fait le job, Tom s’accroche au flanc d’un Airbus en plein décollage – cascade réalisée par ses soins – et ça le fait, ça pose les bases. Plus loin il y a aussi la superbe scène de l’opéra, plus statique dans ses intentions, mais impressionnante. Mais hormis ça et surtout hormis Rebecca « Miam » Ferguson, je ne suis pas certain d’en garder grand-chose. Je trouve qu’il y a beaucoup de bla-bla pour rien. Je trouve aussi que le versant Film Noir est plutôt ennuyant. Et puis je trouve la forme beaucoup trop impersonnelle ou trop sûr de son impact, surfant à la fois sur les volets d’Abrams et de Bird moins l’exaltation. J’ai néanmoins bien aimé les deux agents quasi inutiles (Ving Rhames / Jeremy Renner) sortes de Rick et Roger échappé d’un épisode de L’arme fatale qu’on ne verra jamais. Et Tom Cruise qui fait du Tom Cruise et le fait bien, comme toujours. Mais pour moi ça restera le volet le moins bandant avec le Woo, of course.


Catégories

Archives

février 2024
L Ma Me J V S D
« jan    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche