Archives pour la catégorie Claude-Michel Rome

L’emprise – Claude-Michel Rome – 2015

38.-lemprise-claude-michel-rome-2015

L’un contre l’autre.

   3.3   Mon principal problème c’est qu’en tant que fait divers (Niveau Confessions Intimes) c’est typiquement le genre de truc auquel j’ai du mal à croire (Comment peut-on à ce point ne pas se respecter soi-même, se laisser avilir par quelqu’un, sans parler des conséquences sur les enfants ? Car ce n’est même plus qu’une question de violence, ce type était un véritable connard au quotidien. Bref ça me dépasse) alors transposé en fiction cela relève pour moi de la pure invraisemblance. Ensuite, je trouve que le film fonctionne un peu trop souvent à la saynète utile où ses personnages ne sont que des pantins au service d’un scénario bien ordonnancé. Chaque scène a son utilité, son instant important inside. On s’en remet alors à l’interprétation et il faut bien reconnaître que c’est du haut de gamme, tant mieux puisque la fiction compte beaucoup sur chacune de ses performances – Vuillemin et Testot assurent. Et il y a le montage parallèle qui me semble plutôt astucieux, parvenant à créer une dynamique intéressante. Pour le reste on stagne niveau téléfilm et on a déjà vu ça cent fois mieux (au cinéma) ailleurs (L’un contre l’autre, de Jan Bonny ; L’étrangère, de Feo Aladag ; Les nuits avec mon ennemi, de Joseph Ruben ; Sans parler de ce qui peut parfois apparaître chez Ray, Sirk, Scorsese ou Coppola). Mais c’est sûr dès que ça se plaque sur un bouquin, ça se bouscule au portillon. Et puis parlons de la forme, puisque c’est tout ce qui m’intéresse. Que l’on traite de la maltraitance conjugale ou que l’on filme un arbre, ce qui m’intéresse c’est comment on parvient à raconter une histoire. Là je trouve le film assez peu généreux, très pauvre narrativement et bâclé ontologiquement, on ne comprend pas vraiment ses enchainements et puis je ne m’intéresse à aucun de ces personnages. Concernant la musique Gladiator style c’est juste pas possible. Et ça l’est encore moins avec ces apartés musicaux chantés façon Nouvelle star sous forme de clips respiratoires, pour que tu chiales ta race voyons – Le sound of silence, qui n’est d’ailleurs pas celui de Simon & Garfunkel est à faire pleurer dans les chaumières. C’est vraiment un truc fait pour faire déculpabiliser la société de ne rien faire (la mise en scène du retournement final, on a vraiment l’impression que ça fait plaidoyer pour les avocats généraux) ainsi que moi, spectateur ignorant. Bon, ce n’est qu’un téléfilm mais après tout, Martha de Fassbinder et La maison des bois, de Pialat aussi à la base (Oui, j’aime régulièrement la sortir celle-là).


Catégories

juin 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche