Archives pour la catégorie Eloïse Lang

Larguées – Eloïse Lang – 2018

24. Larguées - Eloïse Lang - 2018Sea therapy. 

   6.0   Voir Larguées dans la foulée de MILF (Les deux films sont par ailleurs sorti sur nos écrans le printemps dernier) permet de constater l’impressionnant fossé qui se creuse irrémédiablement dans le paysage de la comédie française : Tous deux tentent d’y joindre gravité et légèreté, chez Axelle Lafont parce qu’il s’agit de passer des vacances entre copines tout en se séparant d’une maison de famille, chez Eloïse Lang parce que deux sœurs partent avec leur maman tout en espérant recoller les morceaux après qu’elle ait été lourdée par son mari / leur père.  Le tout évidemment dans une ambiance estivale, chez Axelle Lafont sur la côte d’Azur, chez Eloïse Lang sur l’île de la Réunion. Et pourtant, l’un fait presque descendant des Petits mouchoirs (encore qu’il y avait de beaux personnages secondaires dans le Canet, du moins il y avait une tentative d’en créer de beaux ; on va dire qu’ils se rejoignent dans leur hystérie, leur coolitude beauf) quand l’autre pourrait être une version « mère et filles » de Lost in translation. Déjà, un club med sur l’île de la Réunion : ça n’occasionne certes pas de problème de langue, mais le sentiment que ces lieux de vacances paradisiaques sont des endroits ingrats où de jeunes mariés pimpants – running gag magnifique du couple effectuant ad nauseam des séances photos en robe et costume – croisent des maris endeuillés, des femmes abandonnées, bref des solitudes inexorables. Le film est un peu raté dans ses trente dernières minutes, puisque se focalisant sur des éléments de scénario un peu dérisoires tandis qu’il a beaucoup mieux à offrir, mais globalement c’est un beau film, hyper drôle (pas ri comme ça depuis Problemos), assez touchant et habité par de beaux personnages, centraux comme secondaires. C’est donc une comédie douce-amère réjouissante. C’est marrant car Eloise Lang avait coréalisé Connasse avec Noémie Saglio. C’était à chier. Et chacun de leurs côtés elles font des trucs chouettes.

Connasse, princesse des coeurs – Eloïse Lang & Noémie Saglio – 2015

476132.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxGoPro cachée.

   2.0   Si Camille Cottin excelle dans ses caméras cachées (Je ne connais pas, je suppute) je ne vois pas trop l’intérêt de transposer ça en long métrage, comme il n’y en avait pas concernant Brice de Nice ou Les onze commandements, pour ne prendre que ces deux exemples-là. Le problème de ces micros trottoirs (ou adaptation de sketchs) c’est que dans le meilleur des cas ils fonctionnent cinq minutes, ensuite ça devient vite bête, méchant et anecdotique, pour rester poli. L’idée de faire tout en caméras cachées ou de faire semblant de (On a parfois du mal à croire qu’il ne s’agisse que de séquences tirées du vif) crée une distance avec le geste, qui devrait être beau et cheap comme La reine des pommes, de Valérie Donzelli ou trash et spontané façon Pauline s’arrache. On s’ennuie donc très vite. Et les seuls sourires qu’on en tirera proviennent du générique final où l’on reprend de brèves caméras cachées mélangées à une sorte de bêtisier, façon making of en accéléré. Reste que Camille Cottin est une grande malade, au jeu certes limité par cette image odieuse que son personnage phare véhicule (Suffit de voir ce qu’elle joue dans ses apparitions à côté, dans Toute première fois ou Les gazelles) mais avec un esprit de jeu jusqu’au-boutiste (ce sérieux impossible qu’elle parvient à tenir coute que coute) qui rappelle un peu la méthode Baffie et impressionne, même si elle m’impressionne mille fois plus dans la série Dix pour cent, où elle a un vrai personnage à camper.


Catégories

Archives

novembre 2018
L Ma Me J V S D
« oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche